L’essor que connait le secteur de l’habitat ces dernières années dans la ville d’El Jadida, a permis, certes le développement du secteur immobilier par la construction de lotissements économiques, mais cet essor s’est accompagné de l’expansion de certains points anarchiques de fabrication et de commercialisation de matériau de construction, tels que les briques, les barres de fer… qui sont réalisés dans des ateliers informels non soumis au contrôle des autorités compétentes.

Dans ces « ateliers » anarchiques qui sont loin de respecter les normes en vigueur, car non soumis au contrôle de l’Etat, sont fabriquées les matières premières falsifiées qui seront utilisées dans les constructions.

Dans un esprit malhonnête de gain, même le sable y est transformé et est mélangé à d’autres matières beaucoup moins coûteuses.

Inutile de préciser que ces matières premières intervenant dans la construction ne subissent aucune analyse dans les laboratoires d’étude des sols. Ce qui soulève nécessairement le problème de la qualité médiocre des constructions.

Les poutres réalisées en briques au lieu du béton ne peuvent supporter le poids d’une bâtisse ou d’un immeuble.

C’est l’un des dossiers les plus épineux car il pose la problématique de l’habitat menaçant ruine, et représente la forme la plus dangereuse de l’habitat insalubre.

En outre, certains promoteurs immobiliers réputés à El Jadida, mais malheureusement non consciencieux, optent pour l’importation de matériau de construction bon marché, provenant d’usines chinoises et qui sont moins coûteux que les produits commercialisés sur le marché marocain.

L’importation concerne particulièrement les portes, les fenêtres et le matériel et outillage intervenant dans les installations d’eau et d’électricité.

C’est dire tout le danger que ces constructions dites « économiques » représentent pour le citoyen. Un danger qui est volontairement négligé par les promoteurs, dont le but principal est la réalisation du bénéfice maximum.

Des spéculations à la pelle et des moyens détournés pour réaliser des transactions bénéfiques, au vu et au su de ceux qui devraient mettre la santé et la vie des citoyens au-dessus de toute autre considération.

Les autorités locales sont appelées à intervenir pour contrecarrer la mafia qui s’enrichit de ce secteur informel qui envahit la ville, en effectuant des descentes surprises au niveau des ateliers anarchiques de fabrication et de commercialisation de ces matériaux.

Les textes de loi devraient être appliqués, notamment la loi n°66.12 relative aux textes réglementant les procédures de contrôle et de répression des infractions en matière d’urbanisme et de construction.

Mme Zineb Adaoui, en tant qu’Inspecteur Général de l’Administration Territoriale devrait être informée de toutes ces infractions pour mettre un terme aux activités frauduleuses de cette mafia qui prend de l’ampleur au sein de la ville.

Khadija Choukaili

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/01/materiau.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/01/materiau-150x150.jpgadminsRadar Sur El JadidaL’essor que connait le secteur de l’habitat ces dernières années dans la ville d’El Jadida, a permis, certes le développement du secteur immobilier par la construction de lotissements économiques, mais cet essor s’est accompagné de l’expansion de certains points anarchiques de fabrication et de commercialisation de matériau de construction,...Source de L'information Fiable