El-Jadida, la revanche des racines…Nouvel ouvrage de Mustapha Jmahri

 Préfacé par l’anthropologue Rita El Khayat, le vingt-deuxième ouvrage de la série Les cahiers d’El Jadida de l’essayiste marocain, Mustapha Jmahri, vient de paraître à Casablanca sous le titre El Jadida, la revanche des racines. Ce nouveau livre de 160 pages est consacré à treize personnalités marocaines et étrangères de la ville d’El Jadida et de sa région, ayant vécu dans la cité au siècle dernier.

Dans son introduction, l’auteur précise que ce 22ème numéron’échappe pas à la règle fixée de la série : contribuer à faire connaître la mémoire collective de cette belle cité de la côte atlantique marocaine. En filigrane, à travers ces récits et témoignages, le but de l’auteur est de conserver la trace des anciens de ce terroir, afin d’assurer la transmission d’un pan de l’histoire à l’attention de la nouvelle génération. Ainsi les racines seraient sauvegardées pour la postérité.

On y apprend qui étaient certaines personnalités, connues au Maroc mais oubliées, telles Abbès Lahlou, ce sociologue qui fut pourtant le premier Directeur de l’Institut de sociologie de Rabat, mais aussi Ahmed Laaberki, premier vétérinaire du Maroc indépendant, ou encore Marcos Elbaz, ce fervent admirateur de Mohammed V. Parmi les personnalités étrangères, on découvre l’histoire passionnante du tandem Jean Cérésole et Arthur Wyss, deux Suisses qui introduisirent la « tara » du Pérou en Doukkala, seul lieu en Afrique où a été développée cette culture. Le périple d’Annie Jund, la Miss Mazagan qui transportait les tomates d’Azemmour à Casablanca est également décrit, ainsi que nombre de personnages jamais étudiés auparavant.

Dans sa préface, l’anthropologue Rita El Khayat souligne que dans ce nouvel ouvrage, dont la lecture est aisée et agréable, l’auteur continue d’approfondir la thématique du témoignage, construit et reconstruit avec le témoin, afin de parvenir à une connaissance plus juste. La préfacière ajoute aussi que « Mustapha Jmahri, personnage aujourd’hui incontournable de la ville d’El Jadida, est un auteur attachant et ses recherches sont passionnantes ». 

L’aspect iconographique de l’ouvrage ajoute un complément d’informations et un éclairage intéressant sur différents textes et il complète davantage encore la vision de chaque histoire. La couverture du livre représente la photo du centre-ville d’El Jadida au début des années 1950.

Mustapha Jmahri, ancien lauréat du 3ème cycle de l’Institut Supérieur de Journalisme à Rabat, a d’abord exercé en tant que journaliste pendant quelques années à la RTM à la fin des années 1970, avant d’entamer une carrière d’attaché de presse, jusqu’à sa retraite, au sein d’un établissement public à El Jadida. Membre de l’Union des Ecrivains du Maroc, il a lancé en 1993 son projet éditorial « Les Cahiers d’El Jadida », dont il est l’auteur-éditeur.  Ce projet dédié à l’histoire contemporaine d’El Jadida et de sa région (22 ouvrages à ce jour) a bénéficié des encouragements et de l’encadrement de l’historien Guy Martinet, du sociologue Abdelkébir Khatibi et de l’historienne Nelcya Delanoë.

Le livre est en vente à El Jadida (librairie de Paris, librairie Abir et librairie Jdida), à Casabalnca (librairie Carrefour des livres et librairie Livres Service) et à Rabat (librairie Dar Al-Amane).

Related posts

Leave a Comment