criminamité violence

Par: Khadija Choukaili

L’insécurité à El Jadida a atteint des seuils intolérables : Agressions, vols, cambriolages,  homicides, meurtres prémédités, violence gratuite… Et plus particulièrement à Hay Saâda où les crimes et délits foisonnent, si bien que sortir en fin d’après-midi, relève de l’impossible.

Ce quartier est malheureusement réputé pour être un fief de l’insécurité: Et ce n’est pas un simple pressentiment, mais bel et bien un constat que les actes de violence prouvent au quotidien.

Des scènes dignes des films d’action qui plongent tout le quartier dans une insécurité permanente.

Ce sentiment est nourri quotidiennement par des actes de violence auxquels les habitants de ce quartier assistent, bon gré mal gré, incrédules, et surtout impuissants en l’absence totale des autorités sécuritaires.

La violence et la criminalité sont un vécu au quotidien, et la situation ne risque pas de s’améliorer si les autorités n’imposent pas leur présence et n’accomplissent pas leur devoir de préserver la sécurité des citoyens.

Il est devenu incertain de s’aventure sur le boulevard Jamal Eddine Al Afghani, et particulièrement du côté de l’espace occupé par les vendeurs de poissons et à proximité de la pharmacie Saâda, des lieux qui représentent le fief de la délinquance et du trafic de drogue.

En effet, une vraie bataille rangée a été déclenchée, sur le boulevard Al Afghani, entre  deux clans de délinquants pour transformer ce lieu en un vrai champ de combat.

Les délinquants ont commencé par se lancer des pierres, et la tension montant, ils ont fini par attraper tout ce qui leur passait sous la main, pour l’utiliser comme arme.

Ils ont ainsi saccagé les commerces en utilisant les marchandises comme « artillerie » dans leur combat.

Les malheureux commerçants n’ont pu que fuir pour échapper à la folie de ces fous furieux agissant sans nul doute sous l’effet des psychotropes.

Une vraie panique s’est emparée des habitants qui se sont barricadés chez eux comme lors d’un couvre-feu imposé par une guerre.

L’un des meneurs de ce combat, ayant constaté l’ampleur de la situation, s’est emparé d’une moto qu’il a trouvé sur son chemin devant un commerce et a ainsi pris la fuite, chose qui a fini par calmer les « combattants ».

Il est légitime de se demander quel rôle joue la Sûreté Nationale face à la recrudescence de la violence qui sévit à El Jadida, et particulièrement dans certains quartiers réputés pour leur dangerosité et qui constituent des points noirs que la population redoute.

Pourquoi certains arrondissements de la Sûreté Nationale ont été fermés tels ceux de Hay Saâda 1, et celui d’El Ïchachi qui sont des arrondissements de proximité et qui avaient eu des répercussions favorables et avaient permis, lors du mandat de Noureddine Snouni de  faire régner l’ordre et la sécurité.

Il serait grand temps pour la Sûreté Nationale de programmer des patrouilles dans les quartiers où sévit la violence et la délinquance, afin d’assurer aux citoyens ce droit légitime de jouir de la sécurité.

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/02/criminamité-violence.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/02/criminamité-violence.jpg?resize=150%2C150adminsNationalPar: Khadija Choukaili L’insécurité à El Jadida a atteint des seuils intolérables : Agressions, vols, cambriolages,  homicides, meurtres prémédités, violence gratuite… Et plus particulièrement à Hay Saâda où les crimes et délits foisonnent, si bien que sortir en fin d’après-midi, relève de l’impossible. Ce quartier est malheureusement réputé pour être un fief...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires