occu

Par Azzedine Hnyen

Une large campagne de libération de l’espace public est entamée, depuis mardi, à travers toute la ville. La stratégie des autorités, toutes confondues, est de débarrasser la ville des panneaux d’affichage illicites et ceux représentant un danger à la circulation normale des piétons. Cette campagne,menée tout azimut d’une main de fer par les autorités locales, est vivement accueillie par l’opinion locale et aussi nationale qui suit, avec grand intérêt, cette épreuve de force pour l’instauration de la légalité, le respect des lois en vigueur et, surtout, la préservation et la sauvegarde de la dignité du citoyen dépossédé de ses droits civiques.

La campagne contre les panneaux d’affichage touche presque à sa fin. Personne et rien n’a été épargné. Les citoyens n’en sont que satisfaits. Pour une fois, la politique des deux poids, deux mesures est bannie. Pas plus de trois jours pour passer à la deuxième phase considérée la plus délicate et la plus épineuse. Cette phase concernera les cafés, restaurants et tout autre commerce s’étant appropriés, illégalement, du domaine public où ils avaient osé, en toute liberté et sans aucune pudeur, construire des murs avec des portes comme si aucune autorité n’existait pour les enempêcher.

La mission sera des plus ardues.

Les propriétaires de cafés ne faciliteront pas, c’est certain, la tâche aux agents chargés d’appliquer la loi. Mais il faut se presser de le dire.  Aucun  prétexte ne dissuaderait, désormais, les autorités locales. Le pacha et son Khalifa sont intransigeants d’après nos informations. Et ils y veilleront, c’est sûr.

Mais voilà que des rumeurs persistantes circulent maintenant, comme quoi certains véreux proposent d’adresser des notifications aux infractaires leur proposant de régulariser leurs situations. Ces corrompus, selon nos informations, avaient déjà pris contact avec les propriétaires pour leur signifier qu’ils leur porteraient aide afin de préserver l’état de leurs lieux. Bien sûr que cette « contribution »ne sera point sans contrepartie.

Or, si les autorités et la collectivité territoriale opteraient pour cette alternative, il est certain que la main mise sur l’espace public ne sera jamais éradiqué. On s’en empare et, ensuite, on régularise la situation. Enfin, certains se sont emparés de grandes surfaces jusqu’à s’approprier de tout le trottoir.

Néanmoins, selon nos investigations, les autorités sont décidées, plus que jamais,  à libérer l’espace public. Surtout que le ministère de l’Intérieur aurait adressé aux walis  et gouverneurs une circulaire les sommant de libérer le domaine public.

«On ne peut plus fermer les yeux sur l’occupation du domaine public. Il ya des normes et des lois qu’il faut, scrupuleusement, respecter.

Plus place à l’anarchie. Notre objectif est de faciliter la circulation des piétons», souligne un agent de l’autorité locale. Pour faire respecter cette loi, les services compétents n’hésitent donc pas à déployer les grands moyens. «Ce phénomène s’aggrave de jour en jour. Si on tolère aujourd’hui un dépassement de quelques mètres, on se retrouve le lendemain avec tout le trottoir occupé. Pis, c’est une pratique contagieuse qui a des répercussions négatives sur la ville, les citoyens et les commerces mitoyens», explique toujours le même responsable.

En effet, les espaces occupés deviennent très vite un acquis. «Pour installer ses tables et des chaises, le propriétaire d’un café a fermé l’entrée d’une petite ruelle. De fait, les habitants sont obligés de faire un grand détour pour avoir accès à leurs domiciles», déplore une habitante de la capitale de la province. Cette situation est devenue monnaie courante dans les quartiers.  Notamment durant la diffusion des matchs de football. Les chaises occupent parfois même la chaussée et les riverains sont obligés de supporter les cris et surtout les humeurs des clients installés dans la rue en pensant «qu’il s’agit d’une annexe du café et que c’est leur droit du moment qu’ils paient leurs consommations».

Expérience pilote

Face à cette situation, le gouverneur de la province a  réagi et a décidé d’affronter les occupants du domaine public. Le pacha applique les directives à la lettre.

Les citoyens s’en réjouissent. Tant mieux.

http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/08/occupation.jpg?fit=1024%2C1024http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/08/occupation.jpg?resize=150%2C150adminsDiversPar Azzedine Hnyen Une large campagne de libération de l'espace public est entamée, depuis mardi, à travers toute la ville. La stratégie des autorités, toutes confondues, est de débarrasser la ville des panneaux d'affichage illicites et ceux représentant un danger à la circulation normale des piétons. Cette campagne,menée tout...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires