La décision de l’interdiction au public de l’accès au port d’El Jadida fait, certes, suite à certains événements qui dénotent de l’anarchie et de l’insécurité qui y règne. Elle s’inscrit dans un esprit d’organisation et de sécurité aussi bien des personnes que des biens portuaires. Une situation qui rend service à ces propriétaires de bateaux de pêche qui ont des biens et des intérêts à protéger.

Cependant, nul n’ignore qu’au sein du port évolue également une catégorie de personnes livrées à leur sort et exerçant ces métiers informels qu’on ne peut même pas catégoriser en tant que « métiers ». Ces personnes, ignorées par cette décision qui leur a été fatale, ont exprimé leur colère par un rassemblement devant le port, en criant leur détresse et en exhortant les autorités concernées de trouver une issue à leur situation.

Il faut rappeler que ces mesures sécuritaires qui ont été accueillies favorablement par les professionnels du secteur de la pêche, n’ont, malheureusement, pas tenu compte de ces familles, vivant en dessous du seuil de précarité et qui font de ces petits métiers informels, indirectement liés à la pêche, leur gagne-pain quotidiens.

Nul besoin de rappeler que le port pullule de cette catégorie de personnes, de condition sociale très précaire, qui exercent leurs activités informelles dans cet espace portuaire, depuis la nuit des temps, sans nul document prouvant leur activité, et ne peuvent, de ce fait, pas se procurer l’autorisation ou le badge leur permettant l’accès au port.

Il faut reconnaître que loin d’appeler cela des métiers, ces petites activités telles que nettoyer des poissons, vendre de sachets en plastique, ou porter de charges à longueur de journée, ne sont que des occupations que ces malheureux, faute de mieux, se contentent d’exercer pour gagner honnêtement leur pain. Et c’est malheureusement le lot quotidien de familles entières qui, loin de vivre une vie décente, ne font que survivre, en cédant au bon vouloir des propriétaires des bateaux de pêches et vivant à leurs dépens.

Force est de constater que la décision de restriction de l’accès au port jouera certainement en faveur des grands professionnel du secteur. Mais la question qui reste posée est de savoir ce qu’adviendra de ces familles qui ont été tout bonnement ignorées, sachant que les activités qu’elles exercent représentent leur seule ressource financière.

Il est regrettable de constater que ce sont toujours les moins lotis qui paient les pots cassés. Les décisions se prennent à haut niveau, sans jamais se préoccuper de ces petites gens qui triment pour quelques sous qui ne peuvent faire face à la lourde charge des dépenses quotidiennes de leur famille.

Espérons que les autorités concernées entendront le cri de détresse de ces malheureux concitoyens et qu’une issue favorable sera trouvée à leur problème.

Khadija Choukaili

https://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/04/Port-El-Jadida-05.jpg?fit=500%2C375https://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/04/Port-El-Jadida-05.jpg?resize=150%2C150adminsRégionLa décision de l’interdiction au public de l’accès au port d’El Jadida fait, certes, suite à certains événements qui dénotent de l’anarchie et de l’insécurité qui y règne. Elle s’inscrit dans un esprit d’organisation et de sécurité aussi bien des personnes que des biens portuaires. Une situation qui rend service à ces propriétaires de...Source de L'information Fiable