ordures_3jdida

El Jadida Scoop

Le mal est profond et douloureux. Aucune âme démocratique ne peut y rester insensible et sans réactions. Aussi bien du côté des habitants que de celui des visiteurs.

L’insalubrité à El Jadida existe bel et bien. Des égouts, en mal de forme, laissant stagner des flaques d’eau, des détritus amoncelés tout au long des trottoirs défoncés, des poubelles publiques sans soins particuliers, et trainant des journées entières avec leurs déchets putréfiés…

Des scènes devenues désormais habituelles. Ce qui n’est pas sans conséquences néfastes sur leurs entourages… Images désolantes! Au vu et au su de nos différents responsables : élus communaux, agents d’autorité locale, services d’hygiène ainsi que de nos touristes et surtout de nos citadins impuissants devant la dégradation du paysage urbain.

Pourtant, il y a une vingtaine d’années, feu S.M le Roi Hassan II, que Dieu l’ait en sa Sainte Miséricorde, avait adressé une lettre à son ministre de l’Intérieur de l’époque relative à l’état des propretés des villes, déclarant : «Hélas, Nous constatons que des signes de négligence commencent à se manifester progressivement dans ce domaine au point que nos villes qui s’enorgueillissaient de leur propreté et se targuaient de leur climat sain, ainsi que de leur pureté, agressent aujourd’hui l’œil par leurs saletés et indisposent l’odorat par leurs détritus, ce qui menace la santé des citoyens et perturbe la quiétude des habitants et des visiteurs».

Même si la collecte des ordures est déléguée à une société privée, en l’occurrence DERICHEBOURG pour ne pas la nommer,  et même si l’assainissement du liquide est attribué à une régie autonome (RADEEJ), rien ne semble se faire dans le mieux pour remédier à ce mal.

Nos élus locaux sont « absents  » et incapables d’assumer leurs responsabilités en imposant le respect des cahiers des charges par la société et la région auxquelles sont délégués ces services.

C’est avant et après tout l’argent du contribuable qu’elles perçoivent pour ces dits services.

Si ces établissements ne s’acquittent pas convenablement de leurs tâches, conformément à leurs cahiers des charges, il est du rôle du gouvernement, peut-être, de prendre les relais, dans le sens dicté le 30 octobre 1996, par feu S.M le Roi Hassan II, s’adressant à son ministre de l’Intérieur à propos de la propreté des villes : «Nous t’adressons la présente lettre afin que tu prennes les mesures urgentes et efficaces, parallèlement à l’action entreprise actuellement par les collectivités locales, pour atteindre l’objectif escompté, assurer le succès et susciter l’enthousiasme que Nous attendons dans ce domaine entre Notre administration et les élus parmi Nos sujets».

Qu’en est-il de l’application de cette lettre par nos différents ministres de l’Intérieur qui se sont relayés à ce poste?

Le programme, en effet, est tracé et l’objectif est fixé. Il reste la réalisation qui nécessite la mobilisation des élus, des autorités locales et de la société civile ainsi que des médias pour une sensibilisation afin de redonner à notre ville le sens de son véritable nom : LA NOUVELLE.!

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/08/jdi.souk-0.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/08/jdi.souk-0.jpg?resize=150%2C150adminsSociétéEl Jadida Scoop Le mal est profond et douloureux. Aucune âme démocratique ne peut y rester insensible et sans réactions. Aussi bien du côté des habitants que de celui des visiteurs. L’insalubrité à El Jadida existe bel et bien. Des égouts, en mal de forme, laissant stagner des flaques d’eau, des...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires