jdi.centre 000

Du jamais vu ou vécu à El Jadida. Ça bouillonne de  partout et dans tous les sens. les malaises de mécontentement sont devenus le pain quotidien de tous les jours et alimentent largement les discussions et à tous les niveaux de la ville. les réseaux sociaux de leur côté explosent et donnent libre cours à leurs expressions sans complaisance et sans la moindre retenue.

On y découvre aujourd’hui un peu de tout, de la  revendication la plus légitime, aux propos les plus choquants qui sentent parfois l’odeur des règlements de comptes individuels voire à connotation politicienne, ou tout simplement des effets d’entraînement et provocateurs qui risquent de fausser la donne d’une cause, censée être circonscrite dans les limites des droits du citoyen et à sa liberté de  dénoncer tout ce qui peut affecter son bien être, face aux manquements de devoir de la part de tous ceux qui sont dans l’obligation de concrétiser, gérer et veiller sur la bonne application des règles de ce mieux être.

Je ne renie pas le droit d’expression du citoyen,  que je considère comme un signe de bonne santé de notre jeune démocratie et un moyen qui lui permet de se positionner en tant qu’acteur positif et pas comme un simple observateur passif et non productif.

Je ne renie pas que toute cette sensation de haut-le-coeur qui s’est insinuée depuis quelques temps dans l’atmosphère d’El Jadida a vraiment de quoi faire sortir de leurs gants les plus optimistes et les plus tolérants des citoyens.

Je ne renie pas non plus que cette politique de la  sourde oreille, de la fuite en avant et du fait accompli dont les gérants de la ville font preuve,  attise encore plus la colère et stimule toutes les audaces.

Dans ces conditions, serait-il étonnant de constater que certains “gros mots” ou encore des “propos irrecevables”  qui cultivent le régionalisme, ou le rejet de l’autre, commencent à s’immiscer insidieusement dans la toile bleue au risque de tourner en boule de neige?

Ne serait-il pas imprudent d’ignorer la spirale de cet antagonisme béant avec tout ce qui pourrait s’ensuivre comme dérives potentielles?

Le silence et l’absence de tout dialogue ou possibilité de communication responsable ne sont-ils pas les pires ennemis de la réconciliation?

Pourtant, tout est possible pour calmer les ardeurs revendicatives  tout en restant à l’écoute des doléances de la population…

il se trouve aussi qu’on n’est plus à l’époque du noir ou blanc. Tous les problèmes disposent d’une issue de secours dont la clé n’est autre que la sagesse.

Saura-t-on un jour comment utiliser cette clé?

 

Chahid Ahmed

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/04/jdi.centre-000.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/04/jdi.centre-000.jpg?resize=150%2C150adminsNationalDu jamais vu ou vécu à El Jadida. Ça bouillonne de  partout et dans tous les sens. les malaises de mécontentement sont devenus le pain quotidien de tous les jours et alimentent largement les discussions et à tous les niveaux de la ville. les réseaux sociaux de leur côté...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires