tabbal

Par: Khadija Choukaili

Au Maroc, il est des métiers qui sont étroitement liés à certaines fêtes ou événements, tels que le métier de « tabbal » ou celui de « naffar » qui n’apparaîssent que durant le mois de Ramadan. Des métiers, certes, en voie de disparition, vu que les moyens de communication et d’information ont évolué.

Il faut reconnaître qu’il fut un temps où le rôle du « tabbal » et « naffar » était primordial et consistait à aviser la population le soir du dernier jour de chaâbane, dès l’apparition du croissant annonçant le début du mois sacré. Ils étaient les annonciateurs du commencement du mois de Ramadan, mais aussi de l’heure de la rupture du jeûne et de celle du s’hour.

Le « tabbal » et le « naffar » sillonnaient les ruelles au son festif de leurs instruments, en scandant de temps à autre des mélodies qui annonçaient le début du mois sacré. Leur rôle se poursuivait durant tout le mois, particulièrement pour annoncer l’heure du s’hour, dernier repas indispensable avant la prière du Sobh. Le tebbal était particulièrement « le réveilleur » qui sillonnait à pas vifs les quartiers en tambourinant selon un rythme soutenu afin de réveiller ceux qui seraient en retard pour l’heure du repas avant la reprise du jeûne.

Les habitants de chaque quartier guettaient l’arrivée du tebbal et du naffar pour leur offrir quelques pièces de monnaie ou même un repas en guise de récompense, mais aussi une manière de leur témoigner de la reconnaissance.

Ces métiers constituaient en outre des coutumes liées à des traditions religieuses ancestrales qui donnaient à ce mois ce rituel sacré qui accentuait tout le culte qui l’entoure.

Tel était le quotidien des Marocains avant l’avènement de la radio et de la télévision dans les ménages. La technologie a complètement transformé les habitudes des Marocains. Les tebbals et naffars sont malheureusement tombés dans l’oubli et ne font plus partie que de des souvenirs nostalgiques de cette belle époque si simple et pourtant pleine de charme.

Dans les anciennes médinas, on retrouve toujours ces métiers dans quelques quartiers populaires qui ont préservé l’authenticité d’antan.

Que le son du tbal et du naffar vous accompagne durant ce mois sacré pour vous ramener aux bons souvenirs de votre enfance.

Ramadane Moubarak à vous tous !!!

 

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/05/tabbal.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/05/tabbal.jpg?resize=150%2C150adminsLibre OpinionPar: Khadija Choukaili Au Maroc, il est des métiers qui sont étroitement liés à certaines fêtes ou événements, tels que le métier de « tabbal » ou celui de « naffar » qui n’apparaîssent que durant le mois de Ramadan. Des métiers, certes, en voie de disparition, vu que les...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires