CAFARD

Par: Abdellah HANBALI

De l’avis des habitants de certains quartiers de la ville, les cafards sont entrain de nous envahir : rues, boulevards, maisons, mosquées, cafés…ils sont partout.

« Jamais de mémoire de jdidi, je n’en  a vu autant que cet été. Les quelques moments de répit que nous nous accordons entre amis ou en famille, sont souvent  gâchés par l’omniprésence de ces bestioles. » nous déclara Noureddine.

Et il continue, « ces cafards « doukkalis »,  semblent tellement à l’aise, tellement allègres dans les espaces envahis, qu’ils ne se contentent plus de se faufiler par terre comme leurs congénères…mais volent aussi et semblent le faire admirablement…Nous sommes envahis de partout… cela ressemble à un assaut. Une grande bataille est entrain d’être livrée pour la suprématie finale de la ville…Et face à une armada en surnombre, le jdidi lambda est entrain de battre en retraite. »

« Il est vrai que sporadiquement, certains  trouvent la motivation, les ressources et le reflexe nécessaires pour répliquer à coup de babouches, de sandales, ou tout ce qui est à portée de main. ..Certes, ils finissent par écraser certains de ces compères. Mais loin d’eux, toute prétention d’endiguer totalement  l’invasion…Et dans cette cité de Jawhara, de Malhouniyates et d’Andaloussiyates, les cafards s’en donnent à cœur joie. Ils festoient et dansent. Ils sont maitres des lieux. Ave Sarrak Ezzite !!! »

Habitués à voir les égouts d’El Jadida traités et aseptisés à l’approche de chaque été, nous avons décidé, devant l’instance de notre « victime », de nous enquérir de la situation auprès d’un conseiller municipal qui nous fît cette déclaration, après nous avoir écoutés attentivement.

« Depuis environ dix ans, cette responsabilité a été déléguée à la RADEEJ. Depuis, nous n’en sommes plus directement responsables. Dire aujourd’hui que la délégation de cette responsabilité est une réussite, c’est une autre histoire. Une réunion du Conseil de la ville, à ce propos, est nécessaire pour voir plus clair dans la question. Il n’y a pas que les cafards, les rats sont aussi de plus  nombreux, et comme si « l’Fil a besoin d’une fila », le vol des regards est de plus en plus fréquent et cause un danger sérieux aux automobilistes et autres usagers de la route   ».

En attendant godot, pardon, que notre Conseil se réunisse et trouve la parade adéquate au « serrak zitz  doukkali », les jdidis concernés par cet « exode » lancent un SOS aux composantes de la ville, afin de lutter contre ces « ennemis » d’un autre ordre.

Un moyen doit être trouvé, urgemment, afin d’éradiquer cette invasion.

C’est un laxisme qui pose d’irrémédiables questions d’hygiène et crée un risque réel d’épidémies, véhiculé par cet insecte qui possède la fâcheuse tendance de s’immiscer un peu partout.

Une désinfection des égouts ainsi qu’un ramassage régulier des déchets et ordures doivent figurer parmi les priorités des responsables.

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/08/CAFARD.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/08/CAFARD.jpg?resize=150%2C150adminsEn voguePar: Abdellah HANBALI De l’avis des habitants de certains quartiers de la ville, les cafards sont entrain de nous envahir : rues, boulevards, maisons, mosquées, cafés…ils sont partout. « Jamais de mémoire de jdidi, je n’en  a vu autant que cet été. Les quelques moments de répit que nous nous accordons entre amis ou en famille, sont souvent  gâchés...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires