EL Jadida … elle semble si lugubre dans son « nouveau décor »!!!

El Jadida, Mazagan, Breija, Mahdouma… Tant de noms l’ont décrite. Sa glorieuse histoire et sa géographie exceptionnelle faisant d’elle un cap magique et une ville tant convoitée. Une ville touristique, accueillante et enrichissante et tellement imprégnée de traditions, par son ouverture sur d’autres cultures, celles des anciens amphitryons qui ont marqué son histoire.

Une ville moderne, ayant été influencée par les étrangers, européens entres autres, qui s’y sont installés et l’ont également marquée par leur mœurs et coutumes.

Mais qu’en reste-t-il ?

 En ce 21ème siècle où tout semble se développer, la voilà dévastée, souillée et malmenée aussi bien par ses habitants que par les autorités qui ont pour rôle primordial de la sauvegarder et de préserver son patrimoine.

Que ce soit sur le plan social, culturel, touristique, et même hygiénique, plus rien ne subsiste de ce qu’était son glorieux passé.

Que reste-t-il de ses plages magnifiques ?

Ces plages qui ont été témoins des souvenirs de tant de générations, témoins de tant d’histoires, de tant de balades nocturnes romanesques et romantiques, sous un ciel étoilé, en saison d’été, et tant de promenades sous un ciel couvert devant les vagues d’une mer déchainée en plein hiver. Il n’en reste que des étendues de sable souillée par des mains criminelles qui viennent profiter de son charme et ne laissent qu’un rivage témoin de leur lugubre passage. Ces belles plages qui ont été victimes de la mauvaise gestion de tous ces élus qui n’ont pas eu d’attachement sentimental à tous ce qui a bercé l’enfance de plusieurs générations de jdidis.

Que reste-t-il de de tous ce patrimoine qui incitait au développement de la culture, du sport et de tout ce qui pouvait impacter positivement l’avenir de la ville?

Que reste-t-il de son patrimoine historique ?

 Certes, les vestiges des portugais sont bel et bien là, mais le triste décor marqué par les traces des tentatives de dévastation de ces monuments séculaires fend le cœur de ceux qui ont toujours eu du respect pour chaque pierre de leur ville.

Que reste-t-il de son phare unique qui dominait la ville et surplombait l’Atlantique depuis la nuit des temps ?

 Ce phare qui est, hélas, désormais noyé dans un décor où le béton armé cache sa splendeur majestueuse, et qui plus est, est submergé de déchets ménagers qui dénoncent l’incivisme de ces envahisseurs qui n’en connaissent pas la valeur aussi bien historique que sentimentale.

Que reste-t-il de la beauté de ses beaux espaces verts, de ses boulevards où il faisait bon se promener de jour, à travers ses belles vitrines florissantes, et de nuit, sous ses lampadaires éclairant les rues et reflétant les ombres sereines des promeneurs ?

Dire qu’El Jadida pouvait s’enorgueillir d’avoir un théâtre, une salle de sport, un groupement culturel, des salles de cinémas, et disposer de tout ce qu’une belle ville moderne pouvait rêver.

Et plus que tout, les habitants  cette belle cité possédait ce savoir-vivre rarement rencontré. Ces gens simples respectaient leur environnement et n’avaient pas besoin de spots publicitaires pour garder leurs ruelles propres et salubres.

 Que reste-t-il du bon voisinage et l’égard avec lequel étaient traités, aussi bien les jeunes que les moins jeunes ?

 A cette belle époque, nul n’avait besoin d’entendre user et abuser des grands principes tels que le civisme et la civilité.

Que reste-t-il de celle belle ville qui a bercé les souvenirs d’enfance des génération des années 60 et 70 ?

Ces Jdidis qui ont excellé dans tous les domaines.

 Que reste-t-il de cette ville que nos ancêtres nous ont léguée ?

Il est désolant de constater hélas, que nous ne pourrons pas la léguer dans le même état aux générations futures.

Comme dirait Charles Aznavour

« Je ne reconnais plus, ni les murs ni les rues, qui ont vu ma jeunesse … Dans son nouveau décor

« EL JADIDA » semble triste »…

Oui, trop triste, et si lugubre, hélas ! Un terrible constat !!!

Khadija Choukaili

Related posts

Leave a Comment