SPINY

L’ancienne Bibliothèque du Parc Spinny

Par: Khadija Choukaili

Il fut un temps, où El Jadida, même en tant que petite cité, était connue pour sa culture à travers son groupement culturel, où s’organisait des débats animés par des professeurs de lycées, et où on pouvait se procurer un livre contre 1 dirham…

Elle était aussi connue par son art à travers son théâtre où feu Mohammed Said Afifi, donnait des cours de théâtre et de danse de claquettes.

Connue également par le sport dans toutes ses catégories, El-Jadida est la 1ère ville du royaume où l’ont pouvait pratiquer des sports comme l’escrime, le Karting…avec l’un des tous premiers clubs des sports  nautiques.

Ce bon vieux temps est malheureusement bien révolu.

Ce temps où El Jadida forgeait des noms qui faisaient la fierté des doukkalis et ce, dans tous ces domaines.

Ceci était possible à El Jadida car les générations anciennes accordaient beaucoup d’importance aux études et à la culture de leurs progénitures.

Il est vrai que rien n’est plus bénéfique pour un enfant que de l’encourager à lire.

La lecture à tout âge est toujours synonyme d’enrichissement et représente la garantie d’un futur meilleur.

Elle nourrit l’imagination et développe le raisonnement à travers les écrits de ceux qui ont traduit leurs pensées et les ont déposées sur des pages blanches afin de faire partager leur savoir.

Habituer un enfant à lire, c’est lui permettre, à mesure qu’il grandira, d’être un adulte capable d’analyser et de comprendre ce qui l’entoure.

Ne dit-on pas qu’un enfant qui lit sera un adulte qui pense ?

La Marocaine Maryam Amjoun, âgée d’à peine neuf ans, a remporté le premier prix du concours « Défi de lecture en arabe », organisé par les autorités de Dubaï, aux Emirats arabes unis.

Elle s’est imposée face à 16 finalistes, tous âgés de moins de 18 ans et originaires de tout le monde arabe, lors de cette troisième édition du concours. Pour se qualifier, les jeunes candidats devaient lire au moins 50 livres et écrire leur résumé.

Selon les organisateurs, 10,5 millions élèves à travers 52.000 écoles originaire de 44 pays ont participé à cette compétition dont l’objectif principal est d’encourager les jeunes à lire.

La petite Maryam Amjoun est une grande fierté pour le Maroc. Elle s’est ainsi démarquée et a pu empocher un chèque d’un montant de 119.800 euros.

Dans la catégorie de lecture pour les pays non arabes, c’est la Française Tasnim Eidiqui qui a remporté le prix, avec un chèque de 24.000 euros.

L’école Al-Ikhlas, au Koweït, a également remporté environ 240.000 euros après avoir été désignée comme l’établissement de langue arabe encourageant le mieux ses élèves à lire.

Le trophée a été remis à la jeune marocaine par le Premier Ministre émirati, le Cheikh Mohammed.

La deuxième édition de ce concours avait été remportée par une jeune palestinienne de 17 ans.

Ce bel exemple de cette fillette de neuf ans, n’incite-t-il pas à lire ?

A travers sa façon de s’exprimer on ressent sa capacité intellectuelle et le haut niveau de savoir qu’elle a développé par la lecture.

Une génération qui lit est une génération prometteuse, et une nation qui lit est une nation qui investit dans l’avenir.

La lecture est sans doute un divertissement, tout comme les spectacles, les jeux, le sport. Elle procure un plaisir en détournant le lecteur pendant un moment du réel qu’il vit, favorisant ainsi l’oubli des soucis et du stress du quotidien. Mais c’est également une aide précieuse pour apprendre à s’exprimer et à penser. Elle permet de forger l’esprit critique par la confrontation entre les idées ou les idéologies, et transmet ainsi une inspiration nouvelle, une interprétation nouvelle du monde, et probablement une culture plus approfondie.

Bien entendu, tout ce qui se lit n’est pas bon à prendre, mais même si certains écrits ne plaisent pas, qu’ils soient bons ou mauvais, ils permettent au moins d’avoir une analyse critique.

La lecture permet de faire travailler la mémoire, de réviser sans effort et d’accumuler des connaissances, tout en procurant cette belle évasion. Elle est finalement cette baguette magique qui ouvre les portes du savoir et améliore notre façon de voir les choses.

Alors, n’hésitez plus à encourager vos enfants à lire, et vous aussi…à vos livres !!!

Car la culture, c’est ce qui reste quand on a tout oublié.

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/04/SPINY.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/04/SPINY.jpg?resize=150%2C150adminsLibre OpinionL'ancienne Bibliothèque du Parc Spinny Par: Khadija Choukaili Il fut un temps, où El Jadida, même en tant que petite cité, était connue pour sa culture à travers son groupement culturel, où s’organisait des débats animés par des professeurs de lycées, et où on pouvait se procurer un livre contre 1...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires