chrif

L’artiste Malika El Iraki dans ses oeuvres

Par: Azzeddine Hnyen

Après un long périple dans différentes villes du Royaume, l’artiste- peintre Malika El Iraki atterrit à El Jadida. Sa ville natale et où elle avait grandi. La ville des origines de son célèbre époux. Fetoui El Mostafa alias Chrif, l’ex international Jdidi et l’un des héros de l’épopée d’Adis Abéba en 1976 qui avait octroyé au Maroc sa première et unique coupe continentale sous la houlette du coach roumain feu Mardarescu et du sélectionneur national feu le colonel Mehdi Belmejdoub.

Malika El Iraki exposera ses œuvres artistiques pour la deuxième fois du 28 juin au 11 août 2017 à la galerie Châibia Talal. Mais il faut dire que la première, organisée du 2 au 17 juin 2011, avait plutôt un cadre familier. C’était sa première sortie et le cadre s’est limité beaucoup plus à la famille et aux amis. Peut-être que c’était le trac ou un manque de confiance en ses capacités. Mais l’œil professionnel avait décelé un grand talent. Feu Mohammed Chiguer Lourak, un jdidi et membre fondateur du Syndicat marocain des artistes plasticiens, à vu, en elle, une artiste de talent. D’autres peintres marocains, de renommée internationale, l’avaient félicitée de son art et l’avaient encouragée à procéder à des vernissages collectifs.

C’est ainsi qu’en 2015, elle participa à sa 1ère exposition collective à Casablanca, au complexe culturel de Sidi Belyout, aux cordes, entre autres, de Dounia Lamgharti, Mounia Bekkali, kaoutar Benabdeslam, Nada Iraqui, Ahmed El Houari. La même année, elle récidiva la même expérience à la bibliothèque de la mosquée Hassan II. D’autres vernissages collectifs avaient suivi. En 2016, à Marrakech et à Meknès. En 2017, ce fut, de nouveau, à Casablanca. Encouragée par son époux, elle se décida, enfin, pour une exposition individuelle dans la ville de ses amours.

Autodidacte, Malika El Iraki  s’est donnée à cet art noble dès son bas âge. Ses parents n’y ont vu aucun inconvénient. Au contraire, ils lui avaient donné libre cours à sa passion qui la rongeait.

« Cette passion, avoue- t- elle, me faisait oublier les heures, les mois et les années pour réussir à parfaire mon habileté. Elles m’avaient donnée la discipline et la motivation nécessaire pour apprendre les notions théoriques et faire les exercices nécessaires pour les maîtriser ».

« Jamais je n’avais pensé que mes créations seraient intéressantes si ce n’était mes enfants, mon mari et les miens qui m’avaient encouragée à étaler mes œuvres au grand jour. Une escale cruciale dans ma vie artistique puisque de grands artistes marocains avaient découvert mon talent et m’avaient prêté main forte pour être ce que je suis actuellement. Je saisis cette occasion pour remercier vivement tous ceux qui m’avaient aidée ».

Les thèmes de Malika El Iraki se situent entre les frontières du conscient et l’inconscient, des mouvements psychiques de l’intérieur. Ils traitent la femme, la famille, l’environnement, la paix, l’amour de l’autre, l’éducation et bien d’autres sujets à caractère humain.

Une lecture des images de Malika El Iraki présente une peinture, à la fois, non- rationnelle et peuplée d’analogie graphique. La même figure peut se déployer sur le support moins déchiffrable et plus ouverte à l’intuition.

Son œuvre est un jet du subconscient d’une fascination lancinante. Comme dans le rêve, les signes se combinent et se succèdent dans une harmonie de formes et de couleurs. Les touches sont spontanées, les couleurs sont vibrantes et violentes, parfois, de par leur intensité lumineuse. L’interaction des couleurs crée une allusion de mouvement et d’action suspendue.

Un souffle de printemps et d’irréel capte et encense l’ambiance et l’atmosphère régnante. Le regardant est transporté dans le monde onirique de l’artiste dans un tourbillon de chaleur et de luminosité intérieure qui mène vers une méditation spirituelle profonde.

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/07/chrif.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/07/chrif.jpg?resize=150%2C150adminsFocusL'artiste Malika El Iraki dans ses oeuvres Par: Azzeddine Hnyen Après un long périple dans différentes villes du Royaume, l'artiste- peintre Malika El Iraki atterrit à El Jadida. Sa ville natale et où elle avait grandi. La ville des origines de son célèbre époux. Fetoui El Mostafa alias Chrif, l'ex international...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires