assassinat55

Nous sommes à El Jadida. Leila, une jeune femme, vient d’arriver, le jeudi 19 janvier de Meknès, pour rejoindre son mari qui travaille dans la capitale des Doukkala.

Tard dans la soirée, elle arrive devant la maison qu’elle partage avec sa belle-sœur, au quartier Al Farah. Elle frappe à la porte. Aucune réaction. Elle frappe encore, plusieurs coups. Mais, la porte ne s’ouvre pas. Qu’est-il arrivé à sa belle-sœur? Cette dernière ne passe jamais la nuit hors de chez elle depuis qu’elle avait des problèmes avec son époux. Seconde épouse d’un mari qui demeure avec sa première femme et ses enfants à Khemisset, elle crie à la discrimination.

Depuis qu’elle en parle à son époux, les choses vont de mal en pis entre les deux au point qu’ils ont fini devant la justice pour arriver à une solution convenable. La jeune femme pense tout de suite au gaz butane sachant que ce dernier fait régulièrement des victimes. Serait-elle asphyxiée? Submergée par la panique, Leila alerte rapidement la police. Cette dernière ainsi que la protection civile se retrouvent quelque temps après sur les lieux.  Ils entrent par force.

Les éléments de la police judiciaire sont les premiers à franchir la porte. Et c’est la mauvaise surprise ! La belle-sœur de Leila n’est plus qu’un corps sans vie. Les limiers de la brigade scientifique qui remarquent des traces de violence sur le corps de la défunte déduisent automatiquement qu’il ne s’agit pas d’une mort naturelle, ni accidentelle, mais d’un meurtre. Qui a intérêt à la liquider ? L’enquête est toujours en cours pour avoir la réponse exacte et finale. Des traces des empreintes digitales ont été prélevées sur la scène du crime et le cadavre de la victime a été évacué vers la morgue de l’hôpital provincial Mohammed V pour être autopsié.

http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/09/assassinat55.jpg?fit=1024%2C1024http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/09/assassinat55.jpg?resize=150%2C150adminsNationalNous sommes à El Jadida. Leila, une jeune femme, vient d’arriver, le jeudi 19 janvier de Meknès, pour rejoindre son mari qui travaille dans la capitale des Doukkala. Tard dans la soirée, elle arrive devant la maison qu’elle partage avec sa belle-sœur, au quartier Al Farah. Elle frappe à la...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires