DARAJAZA

Par : Abdellah HANBALI

En ces temps ramadanesques où l’information prédominante en ville, tourne autour de la visite royale  et de l’éventuelle inauguration d’une maison pour personnes âgées, accoté  à la présidence de l’université Chouaib Doukkali et à sa future bibliothèque, les responsables de Mazagan Beach Resort, ont choisi eux, de se  déplacer sur les lieux même de cette institution afin de perpétuer cette tradition louable de partage, et s’enquérir de près de l’état de ses pensionnaires, tout on en profiatant pour  prendre un Ftour en leur compagnie.

 

Il faut dire que pour bon nombre de jdidis, qui n’ont jamais posé  pied en ces lieux,   Dar Al Ajaza  reste un point de chute de tous les déchets humains , comptant aussi bien dépravés, sans domiciles fixes « SDF »,  détraqués, malades en tous genres… Alors que pour d’autres, elle reste synonyme de refuge pour  pistonnés,  chanceux et quelques privilégiés parmi les centaines de sans-abris que compte notre ville.

 

Que de clichés fabriqués en toutes pièces et de pensées erronées, ancrées dans l’inconscient du citoyen lambda, faute d’informations suffisantes envers une couche sociale cataloguée de marginale et de pseudo-paria.

 

Une catégorie de notre société qui, faut-il encore le préciser, n’a pour seul et unique tort que d’avoir atteint le 3ème âge , en se retrouvant deule et/ou avec une santé qui laisse à désirer, et qui, forcée par les circonstances, s’y est réfugiée, dans l’espoir d’y trouver un minimum d’affection, d’attention, d’assistance et de réconfort.

 

Et c’est donc, dans ce refuge de personnes âgées en quête de  chaleur humaine, en ce jeudi 31 mai, coïncidant avec la mi-Ramadan ,  que  les responsables de Mazagan Beach Resort ont aimablement offert un Ftour à ces pensionnaires, afin de leur apporter un peu de réconfort et apaiser, un tant soit peu, leur solitude.

Dar Al Ajaza d’El-Jadida  est un lieu qui se distingue, de prime abord,  par la beauté de son jardin bien entretenu et par un calme bienfaiteur, que seul le chant de quelques oiseaux retardataires et le clapotis de l’eau d’une  fontaine, trônant au milieu, parviennent à  briser, pour composer l’une  des plus belles symphonies que Dame Nature réussit à nous offrir de temps à autre, comme pour remercier l’homme de son attention et des soins qu’il lui  prodigue.

Un cadre paisible que les pensionnaires, en attendant l’heure de rupture du jeûne, s’occupaient, qui à lire le coran, d’autres à écouter la radio, ou à discuter, pendant que certains suivaient, dans un agréable salon, le match amical de football, qui opposait ce soir là, notre équipe nationale à celle d’Ukraine.

Hapé par tant de douceur et de sérénité se dégageant des lieux,  je réalisai soudain, que je me trouvais en plein milieu d’un Riad, dans un cadre agréable, plein de volupté et de bien-être. Pendant ce temps, le personnel du Mazagan Beach Resort, dépêché sur les lieux, s’activait en silence à l’approche de Salate Al Maghreb. Chacun connaissait sur le bout des ongles, le rôle qu’il a, à tenir. Un système rodé, chapeauté par la responsable Hind Karis,  présente sur place pour s’assurer du  bon déroulement des préparatifs.

Un moment que nous avons voulu mettre à profit pour nous  entretenir avec le Directeur de l’Association, M. Haj Belfarji, responsable de l’établissement, qui a bien voulu nous donner quelques informations sur cette institution et sur son mode de gestion.

Il nous a ainsi appris que cet hospice n’est géré pratiquement que par les dons des mécènes. Des dons qui ne sont pas toujours perçu sous forme de liquidités. Mais d’apports en nature aussi,  tels que, produits alimentaires, draps, matelas, vêtements neufs, produits d’entretien, et même des moutons à l’occasion d’Aid al Adha, ainsi que de grands repas offerts, de temps à autre et dans un cadre de convivialité et  d’ambiance de fête, comme celui d’aujourd’hui.

dar aja

M.Belfarji, Directeur de l’Association gérant l’établissement

 

Ces mécènes ne sont pas ceux que l’on croit, au premier abord,  mais plutôt des gens ordinaires, relevant  de la classe moyenne (enseignants, fonctionnaires…)  qui passent anonymement pour déposer régulièrement des chèques de 100,00 DH  et plus…

Pour conclure, disons qu’en cette période de piété, de spiritualité, de fraternité et de solidarité, entre croyants de notre Oumma musulmane, Dar Al Ajaza reste le lieu tout indiqué, pour tout individu, association, organisme… cherchant à faire du bien et à porter assistance à cette catégorie de personne, afin de lui apporter le soutien dont elle a besoin.

Nous remerciant le Mazagan Beach Resort pour son geste et son attention à l’égard de ces personnes, car au-delà de ce geste, c’est l’idée et le symbole que ce geste noble et louable porte en lui, qui nous nous a incités à en parler aujourd’hui.

Nous ne fermerons pas la parenthèse, sans adresser un  grand bravo et un grand merci à l’équipe qui veille à la direction de cette institution. Une équipe de bénévoles, totalement dévoués et constituée de professeurs universitaires, de cadres, de commerçants…

Une équipe qui se distingue par sa solidarité, sa gestion transparente et sa comptabilité mise à la disposition de quiconque désirant s’enquérir de la gestion de l’établissement. Grand Bravo et Merci à tout ce beau monde et Ramadan Karim à tous…

dar.aja2

Quelques membres de l’Association gérant l’établissement et du personnel du Mazagan, présents sur place, dans une photo souvenir.

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/06/daralajaza111.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/06/daralajaza111.jpg?resize=150%2C150adminsLibre OpinionPar : Abdellah HANBALI En ces temps ramadanesques où l’information prédominante en ville, tourne autour de la visite royale  et de l’éventuelle inauguration d’une maison pour personnes âgées, accoté  à la présidence de l’université Chouaib Doukkali et à sa future bibliothèque, les responsables de Mazagan Beach Resort, ont choisi eux,...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires