Radeej

 

Par: Alain Degans   degans2

On le sait, son site le proclame haut et fort, la RADEEJ reconnaît à ses clients un « droit à l’information » et tend à créer « une relation transparente et simple ». De bonnes intentions… sauf que ces principes, dans la réalité, sont largement bafoués.

M’étonnant qu’une « grande maison » comme la RADEEJ laisse ses clients dans la « panade » la plus complète en matière d’information, j’ai dû renouveler mes griefs par une lettre recommandée avec accusé de réception et copie adressée à Monsieur le Gouverneur pour que, enfin, après trois mails restés sans réponse, il me soit répondu sur le fond à mes préoccupations.

Dans ma lettre, j’exposai les avantages et inconvénients des 3 modes de règlements des factures d’eau et d’électricité et concluais que, si le mode le plus « avancé » demeure le paiement mensuel de celles-ci déposées dans les boites à lettres des clients, le paiement aux guichets des agences pouvait s’avérer long… les queues d’attente habituellement consistantes.

Quant aux deux autres modes -avances sur consommations ou règlements par « prélèvements bancaires automatiques »- aucune information n’est donnée au client quant à sa situation de compte (avances sur consommations) ou quant aux factures en cours de prélèvements bancaires.

J’ai expérimenté les trois modes et, compte tenu de ma mobilité (je retourne dans mon pays d’origine 3 à 4 mois par an), j’ai choisi le paiement par « prélèvements » bancaires « automatiques ». Théoriquement, la RADEEJ aurait dû effectué des « ponctions » sur mon compte bancaire à chaque relevé de consommations soit tous les trimestres. Cela a fonctionné pendant 2 trimestres et me voilà dans la double situation du « mauvais payeur » -une année sans aucun prélèvement- et, le comble, du client implorant la RADEEJ pour qu’elle exécute ce à quoi elle s’est engagée par contrat -se payer auprès de mon établissement bancaire !

Monsieur le Directeur dans sa réponse à ma lettre qui contenait, outre les griefs, des suggestions, m’indiqua notamment :

 

l’existence d’un service gratuit de communication par messagerie « SMS », « informant le client sur l’index de consommation ainsi que le montant de sa facture une fois mise à l’encaissement »

la mise en place « bientôt » d’une suggestion contenue dans ma lettre : « le service de paiement en ligne par carte bancaire nationale ou internationale

la création « bientôt » (toujours!) d’un espace personnel consultable sur le site internet de la RADEEJ.

 

La réponse faite par Monsieur le Directeur de la RADEEJ me semblait satisfaisante d’autant plus qu’elle était accompagnée de toutes les factures encore impayées parce que les prélèvements bancaires n’avaient pas été mises en action. Je supposais alors (juin 2017) que la RADEEJ allait faire le nécessaire auprès de mon établissement bancaire afin de recouvrer les sommes dues. Que nenni ! Un autre trimestre de consommations est passé bientôt un deuxième. Je devrais alors 5 trimestres, une situation qui n’est pas de mon fait !

Quant au « service gratuit d’information par SMS », dès réception du courrier du Directeur, je m’y suis inscrit… Résultat : silence sur toute la ligne !

http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/09/Radeej.jpg?fit=1024%2C1024http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/09/Radeej.jpg?resize=150%2C150adminsZoom  Par: Alain Degans    On le sait, son site le proclame haut et fort, la RADEEJ reconnaît à ses clients un « droit à l'information » et tend à créer « une relation transparente et simple ». De bonnes intentions... sauf que ces principes, dans la réalité, sont largement bafoués. M'étonnant...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires