camping

Par: Khadija Choukaili

El Jadida Scoop, source de l’information fiable. Telle est la devise de ce site électronique depuis son lancement. Son souci a toujours été de rechercher l’information, de la décortiquer et de la transmettre fidèlement aux lecteurs.

C’est dans cet ordre d’idée que je reviens sur un article publié le 29 janvier 2019 au sujet de l’exploitation de Camping International d’El Jadida, sis au boulevard des Nations Unis.

Les informations diffusées au sujet de ce camping ont malheureusement été leurrées, ayant été faussement transmises au site, dans le cadre d’un règlement de compte ayant des soubassements politiques très loin de l’objectif de ce journal qui recherche uniquement à tenir ses lecteurs au courant des événements qui intéressent la région.

Ces raisons ont poussé le journal à rechercher plus d’informations relatives au mode d’exploitation de ce camping. Et il s’est avéré que toute cette affaire réside en fait dans le choix des mots adéquats, qui définissent la réalité, plutôt que d’autres provoquant une réelle confusion.

En effet, et aux yeux de la loi, définir le patron des lieux comme étant le Gestionnaire est une chose en totale contradiction  avec sa situation de Locataire. Or il s’avère qu’en date du 21 août 1979, et suite à une décision du Conseil Communal de l’époque, dans sa session ordinaire et présidée par feu Mohammed Arsalane El Jadidi, un contrat de bail avait était conclu entre le Conseil Communal et M. Abderrahmane Kamel, pour la location du Camping International, pour une durée de 10 ans, renouvelable par tacite reconduction.

Il était donc légitime de remettre les choses dans leur contexte réel, avec des preuves à l’appui, pour s’assurer, après analyse des données reçues et du mode d’exploitation de ce camping. Le constat s’est donc imposé de lui-même que ce bien a été cédé en location conformément à un contrat de bail établi entre les co-contractants, selon la loi en vigueur.

Il est à rappeler, et toujours dans un esprit d’informer de manière fiable les citoyens jdidis, avides d’informations relatives aux biens publics de leur ville, que le Conseil Communal avait, dans sa session ordinaire tenue en avril 2005, sous la présidence de M. Abdellatif Toumi, décidé de céder le camping à son locataire M. Abderrahmane Kamel, affaire qui n’avait pas eu de suite pour des considérations inconnues de notre journal.

Abderrahmane Kamel avait adressé, en date du 4 octobre 2008, au gouverneur de l’époque, un dossier relatif à l’étude qu’il avait fait réaliser dans le but du réaménagement du camping et qui comportait les analyses préalables à la réhabilitation ainsi que les plans d’architecture établis par un bureau d’études spécialisé. L’objectif étant de rendre ce site touristique conforme aux normes internationales en vigueur et répondant aux critères écologiques.

Par ailleurs, le Conseil Communal, sous la présidence de M. Abdelhakim Soujda, avait également, dans sa session ordinaire en date du 2 juillet 2014, donné son accord de principe, appuyé par l’approbation d’une majorité des membres présents, pour la session de ce bien à son locataire.

Pour conclure, le Camping International dispose d’un fonds de commerce et jouit du droit de location. Il est soumis aux dispositions des lois en vigueur relatives à son inscription à la CNSS et s’acquitte de ses droits d’impôt en toute légalité.

D’autre part, il faut rappeler que le camping avait subi des dégâts matériels très importants en 1996, suite aux inondations dues au débordement d’Oued Flifel et qui ont occasionné des charges colossales pour leurs réparations et la remise à niveau du camping. Ces charges ont

 

coûte la bagatelle de 5 millions de dirhams que le locataire a totalement supporté, subissant cette perte d’un montant aussi important, et l’inscrivant en tant que « pertes et profits », sachant que conformément à la loi en vigueur, « si un bien loué subit des dégâts dus par exemple aux aléas de la nature, le propriétaire est obligé de procéder aux réparations nécessaires ». Le montant des réparations aurait donc dû être décaissé par le propriétaire (Commune) et non par le locataire

Ce camping représente un patrimoine important pour la ville, et sa remise en valeur serait un atout qui redorerait le blason de la capitale des doukkalas et contribuerait, à coup sûr, au développement de son tourisme.

Il est à noter que ce camping international a toujours joui d’une bonne réputation qui lui avait valu en 1988, une attestation d’appréciation du Ministère du tourisme qui l’avait classé comme meilleur camping international touristique au Maroc.

Sa valeur touristique, son cadre agréable et sa bonne gestion avait également valu à ce patrimoine de la capitale des doukkalas la considération et l’honneur d’être gratifié par la visite, à deux reprises, de SAR le Prince Héritier Sidi Mohammed en 1972 et 1973.

Enfin, et pour prouver sa bonne foi et son désir de mettre l’utilité publique au-dessus de toute considération personnelle, M. Abderrahmane Kamel réaffirme son attachement au dialogue et confirme son engagement à faire prévaloir l’intérêt de la ville et réitère son désir de réaliser ce projet de réaménager le camping et le développer afin d’en faire un site touristique de haut standing, digne des aspirations de la politique de bonne gouvernance de Sa Majesté.

Dans le cadre de son engagement à transmettre aux lecteurs des informations utiles et crédibles, intéressant la gestion de la chose publique, il était important pour le journal de remettre les pendules à l’heure.

http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/01/camping.jpg?fit=1024%2C1024http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/01/camping.jpg?resize=150%2C150adminsActulaitésPar: Khadija Choukaili El Jadida Scoop, source de l’information fiable. Telle est la devise de ce site électronique depuis son lancement. Son souci a toujours été de rechercher l’information, de la décortiquer et de la transmettre fidèlement aux lecteurs. C’est dans cet ordre d’idée que je reviens sur un article publié...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires