El-Jadida : Campagne électorale du 04 septembre…Au-delà des alibis

Municipalité d'El Jadida (2)

Par : Jamal Berraoui

L’entame de la campagne électorale est très difficile, en particulier à l’adresse des jeunes. Le processus de démobilisation, de démolition de l’image des politiques, a fait son œuvre de manière profonde, s’appuyant sur les pratiques hideuses, qui elles aussi perdurent et sur l’inefficacité des institutions représentatives, une réalité dénoncée à plusieurs reprises par le chef de l’Etat lui-même. 

Il y a un mur d’incommunicabilité qui s’est érigé avec une jeunesse formée à d’autres moules. Les spots des partis les font sourire, même ceux produits à grands frais auprès de spécialistes présumés. Le porte-à-porte leur paraît ringard et le message décalé. Pourtant, ils ne sont pas du tout dépolitisés et, en majorité, leur aspiration à la citoyenneté est très forte. Mais la politique telle qu’ils l’aperçoivent a perdu toute attractivité à leurs yeux. Que les grands théoriciens tentés par le facile «c’est la faute à la fin des utopies» rangent leurs stylos. Ces jeunes sont dans leur temps, ils excellent dans l’utilisation de nouvelles technologies et se saisissent de questions de l’heure, du point de vue qui est le leur. Le drame, c’est que les méthodes leur paraissent hors du temps, les messages trop bruyants, en deçà de leurs attentes, de leurs ambitions et surtout qu’ils accordent peu de crédibilité à ceux qui les portent. Contrairement aux aînés qui, par politesse, écoutent les candidats sans livrer leurs pensées, eux portent la contradiction. La seule attitude à avoir, c’est de les écouter avec humilité, avant de chercher les voies de leur réconciliation avec la politique, l’engagement.
Ce n’est pas un enjeu électoral immédiat, c’est une question sociétale d’importance, qui déterminera l’avenir de la construction démocratique.
Les partis doivent cesser de perdre leurs énergies dans les questions organisationnelles et s’attacher à préciser les contours de leurs projets. La monarchie parlementaire, un nouveau modèle de croissance, la justice sociale, la défense de la liberté, la promotion de la culture sont des mots d’ordre qui n’auront d’impact qu’une fois déclinés en programme, en position politique, cohérente, constante… et surtout visible.

Related posts

Leave a Comment