Par Driss Tahi 
Le salon marocain du dessin et de l’estampe , après sa deuxième édition, qui a eu lieu du 03 au 06 octobre, sous le thème : « le dessin empreinte de l’espace temps « , organisée par l’association PACT’ART, en partenariat avec le ministère de la culture, et L’APAC , semble aujourd’hui en passe de devenir une manifestation incontournable, dans la scène culturelle et artistique , sur laquelle les responsables de la culture , les autorités, et les artistes peuvent désormais compter ,en tant que rendez vous important, qui pourrait constituer une valeur ajoutée particulièrement pour la ville d’El Jadida ,qui est son lieu de naissance , et grâce à son internationalisation , le niveau et la qualité artistique que les organisateurs , lui ont assigné , dès la première heure de sa création, en témoignent sa programmation sur quatre jours, les noms des artistes invités, l’importance , et la richesse des oeuvres qui meublent ses stands. 
Par ailleurs , l’ouverture a débuté par une magnifique performance réalisée sur les planches du théâtre par le grand peintre Abdelkarim El Azhar, ensuite, cette édition a connu un hommage, qui a été rendu à l’artiste peintre, Saîd Messari pour ses efforts en tant qu’ambassadeur de l’art à Madrid. Un trophée à cette occasion, lui a été remis par le secrétaire général de la province, et l’artiste peintre et écrivain MAHI BINE BINE dont les œuvres ont enrichi l’exposition de cette année, avec d’autres grands noms, tout aussi connus , et aussi prestigieux, comme Melihi, Chebaa, Habouli, Hassani …en plus des artistes membres de PACT’ART Benjkan , El Azhar, Zoubeir, Housbane, Elamine ….
Le salon a déjà acquis ses lettres de noblesse, après le succès retentissant qui a marqué sa première édition 2018 .Il a d’une certaine façon cette année stupéfié , aussi bien les artistes , que les spectateurs ,par ses ambitions, et son audace, qui s’étaient traduits par le foisonnement impressionnant des œuvres exposées , et des artistes invités. 
Ce qui n’était au départ qu’une simple idée, qui a caressé l’esprit de certains, au détour d’une galerie d’exposition, ou , autour d’un verre de thé, s’est tout de suite transformé en un pari , un défi à relever, puis c’est devenu aujourd’hui une réalité, selon le président de PACT’ART SALAH BENJKAN , qui a ajouté : << grâce à l’abnégation d’une équipe d’artistes animés par l’amour de l’art, et la volonté de le promouvoir, dans les bonnes règles , nous avons pu accomplir, ce que nous estimons à juste titre, une réalisation modeste , étant donné que les moyens mis en oeuvre à cet effet , restent insuffisants par rapport à nos ambitions>>
Une manifestation pour les arts plastiques, et en faveur de la ville d’El Jadida, néanmoins réussie, ce qui est l’avis de tous les visiteurs . Elle revêt en outre, une singularité certaine, de par le volet concernant les estampes, que beaucoup de spectateurs eurent le privilège de découvrir pour la première fois ,lors de l’édition précédente . 
La richesse des œuvres exposées ,et leur diversité .lors de cette deuxième édition , son ouverture à l’étranger, les noms prestigieux des artistes, et leur nombre important , ainsi que les débats fructueux qui s’y sont déroulés en parallèle, en plus d’un atelier encadré par les membres de PACT’ART, pour l’initiation des jeunes à l’apprentissage de l’estampe, le tout dans une parfaite organisation, atteste de la volonté des organisateurs à vouloir faire mieux d’année en année, malgré toutes les contraintes. Aujourd’hui ce sont quatorze pays qui y ont pris part << nous avons dû décliner avec regret l’offre de plusieurs autres artistes étrangers , qui avaient vivement exprimé leur souhait de participation >> devait déclaré SALAH BENJKAN, dans une allocution lors de la cérémonie d’ouverture qui a eu lieu au théâtre de la cité portugaise, en présence du secrétaire général de la province, du directeur de la culture, le directeur du théâtre , et de plusieurs invités, dont des artistes , de nombreux journalistes, et des amateurs d’art >>. Le salon se veut aussi , et potentiellement un moyen de promotion touristique, puisqu’il a pour espace les galeries d’expositions au cœur des sites historiques de la cité portugaise , un lieu hautement symbolique ; ce qui représente un atout supplémentaire, et un levier, à même de drainer encore plus de visiteurs dans l’avenir .
L’atout majeur du SMDE est manifestement l’art .Son objectif avéré étant la promotion de cet art, comme vecteur de développement. Et le moyen d’y parvenir résulte dans l’expression , et l’engagement sincères et indéfectibles des artistes d’une part, et l’accompagnement des partenaires ,et leur apport consistant d’une autre part , afin de lui assurer succès, et pérennité 
Un événement qui durant quatre jours, est venu mettre en avant la ville d’El Jadida , sur le plan culturel et artistique, bien que des voix se sont élevées, ça et là, accusant les organisateurs.

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/10/20191003_195240-1024x768.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/10/20191003_195240-150x150.jpgadminsDiversPar Driss Tahi Le salon marocain du dessin et de l'estampe , après sa deuxième édition, qui a eu lieu du 03 au 06 octobre, sous le thème : 'le dessin empreinte de l'espace temps ', organisée par l'association PACT'ART, en partenariat avec le ministère de la culture, et...Source de L'information Fiable