andal

Par Driss Tahi

Qui a dit que les Jdidis n’apprécient pas la musique andalouse ?

Beaucoup de gens pensaient que les doukalis étaient sensibles seulement aux chants du chaabi, des Aouniates, et à la jarra de la aïta ,et les danses des Chikhates , decriees, et stigmatisées souvent pour être vulgaires , mais qui enflamment, hommes et femmes … Or , ce soir , il a été démontré que la musique andalouse fait aussi vibrer le coeur des Jdidis , comme tous les marocains d’ailleurs…

C’est une salle pleine à craquer qui a scandé en choeur avec l’orchestre de Dar el ala , sa chorale, et son fabuleux chanteur Merbouh, sur des refrains et des morceaux du tarab al andalousi connus de tous , ce qui est venu rappeler pour beaucoup de melomanes d’entre nous, ce que certaines stations de radio diffusaient souvent après le déjeuner , au moment de la sieste ; comme « Insiraf Btaihi ispahan » « insiraf al maya » et « Shams al achi »… andal1Lors d’une soirée programmée au théâtre Afifi dans le cadre de la 15ème édition du festival Andalusyates 2018 organisée par l’association des amateurs de la musique andalouse , et l’association provinciale des affaires culturelles APAC ; en présence du gouverneur de la ville d’El Jadida ; Mohamed El Guerrouj accompagné du président du conseil municipal, et du président du conseil provinciale, et en présence du directeur provincial de la culture, et de plusieurs personnalités du monde de la culture et de l’art .

Le poète Saïd Etachfini chargé de la présentation , a ouvert la soirée par la lecture de quelques vers de son recueil sur la musique et sa magie naturelle , et après avoir souhaité la bienvenue à l’assistance, il a annoncé la prochaine ouverture de la maison du malhoun à AZEMOUR ,une superbe bâtisse édifiée et dédiée généreusement à l’Art et aux artistes, par Youssef Semlali, un des fils de la ville d’Azemour ; ville connue dorénavant pour son festival des MALHOUNIATES ; une autre manifestation qui ne manque pas d’attrait, étant donné sa richesse et l’intérêt qu’elle suscite , au point qu’elle se positionne aujourd’hui après tous les succès remportés, comme un événement artistique incontournable.

andal2Il a ensuite donné un bref aperçu sur l’association des amateurs de la musique andalouse depuis sa création il ‘y a 60 ans, sous l’égide de feu Hassan II , puis il a annoncé la nouvelle de l’organisation du festival Andalusyates désormais , et à partir de l’actuelle 15 ème édition, sous le haut patronage de sa majesté MOHAMED VI ; ce qui tend d’une manière sûre à contribuer dans l’avenir, à la sauvegarde du tarab al andalousi en tant que musique faisant partie de la mémoire collective des marocains , et aussi comme héritage, et patrimoine culturel immatériel. Enfin , cette soirée musicale exceptionnelle au théâtre Med Saïd Afifi fut de l’avis du public , un andal3succès incontestable pour la ville d’El Jadida, et pour l’association provinciale des affaires culturelles ,APAC organisatrice de l’événement en partenariat avec l’association des amateurs de la musique andalouse.

A rappeler que cette 15ème édition des Andalusyates, à l’instar des précédentes a eu lieu dans trois villes , dans la même semaine du 12 au 15 décembre : à Rabat au théâtre Med V , au Megarama à Casablanca, à El Jadida au théâtre Med Saïd Afifi, et au Mazagan Beach resort ; Avec la participation cette année ,de : l’Espagne, France, Algérie Tunisie et Maroc.

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/12/andal-1024x498.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/12/andal-150x150.jpgadminsActulaitésPar Driss Tahi Qui a dit que les Jdidis n'apprécient pas la musique andalouse ? Beaucoup de gens pensaient que les doukalis étaient sensibles seulement aux chants du chaabi, des Aouniates, et à la jarra de la aïta ,et les danses des Chikhates , decriees, et stigmatisées souvent pour être vulgaires...Source de L'information Fiable