Aurait-il fallu poster des policiers au bout de chaque ruelle pour venir à bout de ces dépassements qui n’ont plus aucun lien avec la célébration de cette nuit ?

Comme chacun le sait, la célébration de cette nuit était une occasion festive qui se caractérisait par les rassemblements familiaux, mais qui s’est, malheureusement, transformée, à travers les ans, en circonstance pour les délinquants de déverser leur rage sur des citoyens qui n’osent plus se réunir pour des moments de liesse où le son des tam-tams couvre le silence de la nuit et où un petit feu de camp faisait la joie des jeunes et moins jeunes.

Achoura a pris une autre tournure malgré les mesures prises afin de maîtriser les dégâts que cette fête sacrée peut engendrer à cause des pétards et de ces feux de camps qui deviennent un réel danger aussi bien pour la population que pour l’environnement du fait de l’utilisation des pneus usagés, qui mettent des heures pour être réduits en cendres.

En cette nuit, toute la ville s’est transformée en un véritable champ de bataille, malgré les efforts des autorités pour tenter d’enrayer cette coutume en saisissant les pneus qui y sont utilisés, les délinquants n’ont pas rater cette occasion pour semer la panique au sein de la ville en s’adonnant à des échanges de tirs de pétards et d’autres substances explosives sous forme de bombes artisanales.

Pourtant la loi n° 22.16 portant sur les substances explosives à usage civil, météores artificiels et équipements de loisirs contenant des matériaux pyrotechniques prévoit une peine d’emprisonnement de 2 à 5 ans, en plus d’une amende allant de 50.000 DH et 500.000 DH ou des deux, contre toute personne en possession illégale de matériaux explosifs ou météores artificiels.

Il faut rappeler, si besoin est, que malgré le contexte actuel de l’expansion de la pandémie du covid-19, qui interdit strictement les grands rassemblements et impose le respect des mesures barrières qui constitue le seul moyen de se prémunir de la contamination, ces personnes, totalement inconscientes, ont fait exploser leur semblant de «joie» sans aucune mesure de protection.

Il faut noter que dans ce contexte de totale anarchie, les autorités des 6ème et 7ème arrondissements ont pu contrôler la situation en encadrant les jeunes qui ont obtempéré et se sont abstenus d’user de ces feux, interdits par la loi, et qui constituent un réel danger pour la population.

Suite à cette terrible nuit, pendant laquelle même les bennes à ordures n’ont pas été épargnées et ont été volontairement « incendiées », il faudra plusieurs jours pour tenter de remettre de l’ordre dans ces quartiers où plusieurs équipements ont subi des dégâts.

C’est dire que les efforts doivent être doublés pour encadrer la population et lui faire prendre conscience que comme dit l’adage bien connu, que «la liberté de chacun s’arrête là où commence celle de l’autre», et que c’est le devoir de tout un chacun de respecter ses concitoyens et son environnement.

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/09/achoura.16.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/09/achoura.16-150x150.jpgadminsActulaitésAurait-il fallu poster des policiers au bout de chaque ruelle pour venir à bout de ces dépassements qui n’ont plus aucun lien avec la célébration de cette nuit ? Comme chacun le sait, la célébration de cette nuit était une occasion festive qui se caractérisait par les rassemblements familiaux, mais qui s’est, malheureusement, transformée, à...Source de L'information Fiable