Ferrachas_8

Par: Abdelmjid Nejdi et Mustapha Lekhiar

À El Jadida, presque tous les trottoirs, espaces pour piétons, chaussées sont squattés par les ferrachas ou sont encombrés par les tables et chaises des cafés, des voitures ou carrément annexés comme s’ils faisaient partie de la propriété privée de ceux qui les ont annexés. Les habitants, les commerçants et les propriétaires des magasins de la ville ne cessent de se plaindre à qui veut les entendre.

Loccupationes commerçants du marché Allal El Kasmi, de la place El Hansali et de l’avenue Zerktouni ne cessent de protester contre le commerce anarchique des ferrachas qui obstruent tous les passages. Ils crient haut et fort que « la plaie des ferrachas » se fait sous «la bénédiction» de certains.  Ils avancent même que ces marchands ambulants, qui inondent la ville de produits de qualité diverse, ont la nette conviction que leur étalage sur l’espace public est un droit acquis vu qu’ils donnent du bakchich à plusieurs personnes, forces de l’ordre, responsables (20 DH par jour pour chaque ferrache et entre 50 et 100 DH chaque samedi- Faîtes le calcul) … C’est l’anarchie totale.

Allez voir du côté de la place El Hansali, Allal El Kasmi, Zerktouni, Essafaâ, El Barkaoui, Es-Salaam, Saâda, domaine.publicLalla Zahra,  Boulevard Mohammed V et avenue Hassan II. Votre virée de ces côtés- là doit être pédestre. Utiliser un véhicule relève du suicide.

À maintes reprises, les autorités font semblant de lutter contre cette gangrène sous les feux des flashs de certaine soi-disant presse chouchoutée et entourée de favoritisme. Malheureusement, ce n’est en réalité que du cinéma car de temps en temps, soit   ils avancent que ces ferrachas ou ces squatteurs de trottoirs ou de chaussées ont des autorisations en bonne et due forme, soit, elles font un tour de « tapage médiatique » mené par certains sites électroniques chouchoutés par les responsables tandis qu’on applique la politique de « deux poids, deux  mesures »! Par conséquent, les commerçants ont ras-le-bol vu le laxisme, le favoritisme et l’inaction des autorités à trouver des solutions définitives.

C’est vrai que les Ferrachas ont imposé leur diktat grâce au « bakchich », mais les commerçants eux aussi ont participé soit directement ou indirectement dans la propagation du phénomène du commerce informel. Avez-vous vu ce que font certains commerçants de la place El Hansali la nuit ? On se croirait qu’on est dans le souk rural d’Ouled Bouâziz…

el-jadid-occupation-temporaire-2N’est-il pas temps pour les services concernés et surtout les autorités provinciales et locales de mettre fin à cette « siba » (anarchie)?

Mais en fait, savez-vous où on peut trouver Sa Sainteté le Maire de la ville ?

Ne doit-il pas agir ?

Et les autorités provinciales et locales, n’en  sont-elles pas responsables ?

Messieurs les responsables ; messieurs les gérants de la ville, vous devez imposer des règles très rigoureuses et très sévères d’étalage pour libérer ces chaussées et ces trottoirs squattés par ces Ferrachas, ces boutiquiers et ces cafetiers. Il est donc temps de trouver des solutions adéquates et d’appliquer la loi si on veut soigner la qualité de vie à El Jadida. Car  cette siba sonne comme un aveu d’impuissance des pouvoirs publics ou comme politique de « je-m’en-foutisme».

Sous l’ère du Pacha Al Alaoui , rien de tout cela n’avait lieu…Allez savoir comment et pourquoi.

 

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/02/Ferrachas-jdida.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/02/Ferrachas-jdida.jpg?resize=150%2C150adminsZoom  Par: Abdelmjid Nejdi et Mustapha Lekhiar À El Jadida, presque tous les trottoirs, espaces pour piétons, chaussées sont squattés par les ferrachas ou sont encombrés par les tables et chaises des cafés, des voitures ou carrément annexés comme s'ils faisaient partie de la propriété privée de ceux qui les ont...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires