El Jadida : A la recherche d’une place de stationnement… en ces temps de moussem !

Qui, des automobilistes dans notre ville, n’a pas subi cette déception de tourner en rond, pendant d’interminables minutes, en quête d’un petit espace où il pourrait enfin « glisser » son véhicule, avant de s’avouer vaincu et de rebrousser chemin ?

Certes, la ville accuse un manque flagrant en parkings, et ce problème récurrent du manque d’espaces de stationnement continue à empoisonner la vie des conducteurs, et on constate qu’aucun effort n’a été déployé par les autorités locales pour instaurer des normes relatives à la mise en place de parkings.

Le problème se pose avec acuité lors de la saison estivale et particulièrement pendant le Moussem de My Abdellah. Cette question du stationnement demeure insoluble, dans cette ville qui ne comptait il y a quelques décennies que 34.000 habitants. Certes, l’essor économique de la ville et son industrialisation ont été à l’origine de l’accroissement de la population dû à l’exode de bon nombre de personnes à la recherche d’emploi. Un accroissement qui a eu un impact positif sur bien des volets mais cette évolution industrielle de la ville n’a malheureusement pas été suivie par un développement de l’infrastructure de base, des voiries et des espaces utiles, tels, entre autres, les places de stationnement.

On constate que même les quartiers les plus récents ne disposent pas de parkings permettant aux usagers de placer leurs véhicules sans encombrer les boulevards et rues et sans perturber la circulation.

Il faut souligner que ce problème de stationnement se pose également au moussem de My Abdellah qui attire de plus en plus de visiteurs, et qui ne dispose pas de suffisamment de places pour que les visiteurs puissent garer leurs véhicules, le temps d’une balade, ou d’un spectacle. Un point sur lequel les organisateurs du moussem devraient se pencher de manière assidue.

Il faut noter que la commune n’a pas l’habitude d’adopter et d’imposer le principe selon lequel chaque construction résidentielle ou d’activité économique doit assurer des espaces de stationnement. Des normes qui font encore défaut en tant qu’obligation pour le constructeur.

Il est, certes, évident que la densité du cadre bâti accroit les besoins de déplacements en automobile et, par conséquent, la demande en stationnement. On constate, de plus en plus que le stationnement sur les rues et boulevards ne suffit plus à combler la demande croissante des places de parcage des véhicules, et que de ce fait, il devient incontournable de prévoir des parkings.

Force est de constater que cette défaillance serait peut-être due à la vision non futuriste de nos gestionnaires qui ne conçoivent que l’édifice principal sans penser aux structures annexes qui ont un rôle primordial.

A quand la prise de conscience de ces gestionnaires qui peuvent, faute de bonnes planifications, s’inspirer de la réussite de toutes ces autres villes du Royaume qui se sont développées, lentement mais sûrement ?

Khadija Choukaili

Related posts

Leave a Comment