franoux

Par : Rabiâ Franoux Moukhlesse

Avons-nous encore la possibilité de reprendre notre destin en main ?

Pendant 17 ans je me suis battue en France et pour la France. Je suis intervenue sur tous les sujets qui me portaient à cœur et j’ai beaucoup écrit sur la montée du racisme ordinaire en France avec la montée du Front National et le changement des mentalités des gens ordinaires assumant de plus en plus leurs positions délétères. Je me suis engagée en politique pour essayer naïvement de faire changer les choses. Comme tout combattant, j’ai été blessée au front et suis retournée au combat jusqu’à ce qu’on s’en prenne à mes enfants. J’ai alors signé « Marine Présidente et Alors ? » et une chronique « pourquoi j’ai bien fait de quitter la France ». Joignant le geste à la parole, j’ai pris enfants, mari et bagages et suis partie au Maroc, ma première patrie. Je m’excuse encore près de mes camarades de combat d’avoir abandonnée le champ de bataille mais il est un moment dans une vie où l’on a le droit de se dire égoïstement que sa famille passe avant tout.

franoux...

Et voici que depuis plus de deux ans, telle Hugo (il me pardonnera de ma vanité) sur son rocher scrutant les côtes de France, j’observe de loin ce qui se passe dans cette patrie qui m’a forcé à l’exil. Et tout cela me laisse perplexe !

 

J’ai suivie la montée d’Emmanuel Macron et la nouvelle voix qu’il pouvait représenter. J’ai espérée pour les Insoumis, leur « dégagisme » et leur programme en me disant que la France n’était pas prête à une telle révolution intellectuelle, l’extrême gauche étant viscéralement haïe par une population plutôt conservatrice s’appuyant sur une vision désuète du raté communiste. J’ai même crue en l’espoir d’un renouveau dans l’optique d’un tout plutôt que Marine Le Pen. Et, comme beaucoup, je constate la nouvelle erreur que j‘ai commise, le nouveau jouet que je suis devenue.

 

Oui le Front National est battu, déconsidéré suite à la prestation lamentable de sa chef lors du débat d’entre deux tours de la présidentielle. Mais leurs idées ne sont pas mortes. Pire, l’éclatement des LR, a poussé ceux qui sont restés vers une droite décomplexée, qui assume totalement la préférence nationale, l’intégration aux valeurs d’une République avec des relents vichystes, une islamophobie que la communauté musulmane de France n’arrive pas à gérer en se réformant et en prenant des positions claires, bref une dichotomie assumée de la société française entre les pauvres travailleurs français malmenés par le monde et les salauds d’étrangers qui veulent nous imposer leur façon de vivre ou profiter de la manne de l’Etat.

 

Oui, le PS a bien été puni par les électeurs par ses prises de position en faveur d’une sociale démocratie qui broie l’être humain sous le joug des réalités économiques en oubliant de partager les fruits de l’économie au nom d’une réal politik à l’allemande qui a créé des millions de travailleurs pauvres dont l’image n’apparaît nulle part dans les journaux comme si la presse était tenue par le ministère du tourisme.

 

Non, les Insoumis ne peuvent rien tant que leur image restera ancrée sur une extrême gauche que la société rejette de manière réflexe sans analyse aucune des apports bénéfiques éventuels car obnubilée par l’échec patent de tous les gouvernements de gauche dans un monde où le pouvoir économique peut déstabiliser n’importe quel pays ayant une vision contraire à ses objectifs.

 

Non, le nouveau pouvoir ne va pas améliorer la vie des gens. Persuadé que le libéralisme économique est un régulateur des marchés et que les riches feront profiter les plus démunis de leurs largesses par un soit disant effet cascade. Les riches ne sont plus identifiés mais sont des fonds de pensions ou des banques dont l’actionnariat anonyme se fout comme de son premier dollar des autres au nom d’un égoïsme assumé, d’un jeu mondial de pouvoir, et reste au service d’une idéologie de l’ultra libéralisme que seuls les enseignants des grandes écoles formant nos clones de dirigeants ne remettent pas en cause malgré les alertes des plus grands cerveaux de la planète en matière d’économie, d’écologie et autre.

 

Nous jouons tous personnel et nos têtes pensantes, lorsqu’elles sont capables de penser à autre chose qu’à elle-même, savent jouer sur le « diviser pour mieux régner ». Alors, du haut de mon rocher, j’observe et me demande si je dois encore retourner dans l’arène pour tenter d’infléchir les choses car avoir l’audace de croire que l’on pourrait changer les choses me semble bien illusoire. Avons-nous encore la possibilité de reprendre notre destin en main ?

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/04/franoux.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/04/franoux.jpg?resize=150%2C150adminsLibre OpinionPar : Rabiâ Franoux Moukhlesse Avons-nous encore la possibilité de reprendre notre destin en main ? Pendant 17 ans je me suis battue en France et pour la France. Je suis intervenue sur tous les sujets qui me portaient à cœur et j’ai beaucoup écrit sur la montée du racisme ordinaire en...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires