semences_4

Par: Azzeddine Hnyen

Sous l’égide du ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, la Fédération Nationale Interprofessionnelle des Semences et Plants (FNIS) et l’Office Régional de Mise en Valeur des Doukkala ont organisé, un Forum National sur le Secteur des Semences, le 14 février 2015 dans le ville de Sidi Bennour, sous le thème « Le secteur des semences au service du développement et l’accompagnement des objectifs du Plan Maroc Vert».

Cette importante manifestation agricole, présidée par Mr Mohammed Sadek, secrétaire général du ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, entre dans le cadre du programme d’animation arrêté par la Direction Régionale de l’Agriculture de Doukkala-Abda en concertation avec ses partenaires au niveau régional et national au titre de l’année 2015 pour le développement et la valorisation des filières de production agricole.

Un riche programme, composé de plusieurs exposés présentés par des chercheurs imminents et des experts dans le domaine des semences, a été arrêté pour cette manifestation. Les exposés ont abordé l’état actuel du secteur, la stratégie nationale pour le développement du secteur semencier, les derniers résultats de la recherche agronomique sur les semences, le patrimoine génétique, le contrôle de la qualité des semences, le programme du conseil agricole pour le secteur semencier et les perspectives d’avenir pour le développement du secteur semencier au niveau national et régional.

A cette occasion, M. Abderrahmane Naili, directeur de l’ORMVAD, a souligné que ce Forum vise le renforcement et la durabilité de l’évolution du secteur semencier au niveau national et régional. Et d’ajouter : cette manifestation entre aussi dans le cadre de la préparation de la campagne de collecte de la production des semences qui sera certainement meilleure étant donné les conditions climatiques favorables dans la Région Doukkala- Abda. Au cours d’un débat, les participants ont soulevé de nombreux points liés au secteur des semences qui seront traduits en feuilles de route pour les recommandations constructives visant le développement de la filière semencière nationale et régionale.

Appel à une concurrence loyale dans les règles de l’art

Pour sa part, M. Mohammed Sadiki, tout en soulignant l’importance des semences sélectionnées et certifiées  dans les systèmes de production agricole durable, a indiqué que les semences sélectionnées ont montré leur  efficacité dans l’amélioration et le développement de la productivité agricole à hauteur de 50 %.  Il a rappelé, à cette occasion, le programme contractuel entre l’Etat et les professionnels pour la mise en œuvre du Plan Maroc vert à travers, notamment, le développement du marketing des semences sélectionnées et des programmes de la recherche scientifique en la matière ainsi que l’actualisation du cadre  juridique les réglementant. Comme il a appelé, également, tous les intervenants, publics et privés, à conjuguer les efforts pour garantir la viabilité du secteur qui devrait évoluer dans le cadre de la concurrence loyale et les règles de l’art. Pour réussir ce programme contractuel, plusieurs mesures ont été prises comme l’octroi des aides dans le cadre du Fonds de développement agricole et la construction, l’équipement et l’entretien des unités dédiées à cet effet, a  fait savoir le responsable.

Le département concerné, en collaboration avec Fédération Nationale Interprofessionnelle des Semences et Plants (FNIS), est en cours d’examiner des propositions relatives à l’augmentation du montant d’aides destinées à la multiplication des semences dans les filières d’orge, de légumineuses et de  pommes de terre, a-t-il ajouté.

Le forum tend au renforcement et à la durabilité du secteur

Ce Forum vise le renforcement et la durabilité de l’évolution du secteur semencier au niveau national et régional. Cette manifestation s’est caractérisée par la présence de spécialistes dans le secteur. Pour enrichir le débat, la Fédération Nationale Interprofessionnelle des Semences et Plants (FNIS), la Confédération Marocaine de l’Agriculture et du Développement Rural (COMADER), l’Association Marocaine des Multiplicateurs des Semences (AMMS), l’Association Marocaine des Semences et Plants (AMSP), la Fédération Interprofessionnelle Marocaine du Sucre (FIMASUCRE), Association Marocaine des Producteurs Exportateurs de Fruits et Légumes (APEFEL), les multiplicateurs, les agriculteurs ont été de ce débat. Ont participé également, l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), les sociétés spécialisées dans la commercialisation des semences, les institutions, les instituts et les écoles de formation agricole, les organisations professionnelles ainsi que les professionnels de différentes régions du Maroc.

Cette manifestation entre, aussi, dans le cadre de la préparation de la campagne de collecte de la production des semences qui sera certainement meilleure que les antécédentes étant donné les conditions climatiques favorables qui sévissent dans la région de Doukkala-Abda.

Au cours d’un débat actif, ont été discutés tous les points liés au secteur des semences traduites, en la circonstance, en recommandations constructives visant à développer le secteur des semences. Ces recommandations seront traduites en feuille de route pour le développement de la filière semencière nationale et régionale.

Le secteur des semences, un  développement constant

Le secteur semencier au Maroc a connu, depuis le début des années 1970, un développement et une croissance soutenus qui ont permis la création d’un patrimoine génétique végétal national de qualité, la mise en place d’une réglementation adaptée, l’utilisation croissante des semences par les agriculteurs et l’émergence d’opérateurs privés et d’associations professionnelles. Le Plan Maroc Vert vise à l’horizon 2020 l’augmentation des niveaux d’utilisation des semences certifiées à 45% pour les céréales et la pomme de terre, 100% pour la betterave à sucre, la canne et le tournesol à 10% pour les légumineuses alimentaires et l’amélioration des niveaux de contribution de la production nationale des semences, à 100% pour les céréales et la canne à sucre et à 60% pour le tournesol et la pomme de terre à travers la réalisation de projets d’agrégation au titre de Pilier 1 du Plan Maroc Vert, le renforcement du programme de multiplication en irrigué, l’élargissement des réseaux de distribution, le renforcement des capacités de stockage et de conditionnement et le renforcement des programmes d’encadrement de formation et de recherche.

Un tel objectif passe par l’amélioration de la productivité en fonction de l’utilisation des semences certifiées.

Doukkala- Abda, des potentialités agricoles grandioses

La région Doukkala-Abda, dispose d’importantes potentialités agricoles. Elle peut s’enorgueillir  de ses équipements hydro-agricoles pour irriguer une superficie de 100.000 ha, de sa dotation en eau d’irrigation satisfaisante (650 millions de m3), de sa superficie importante emblavée en  céréales (650.000 ha) et en betterave (17.200 ha), de sa participation significative dans la production nationale  pour la betterave sucrière (38 %),  de ses céréales (14 %) et  maraîchage (8%), de plusieurs unités de transformation et de valorisation de la betterave à sucre et des céréales et de la forte présence des organisations professionnelles dynamiques (729), dont 619 coopératives agricoles et 110 associations professionnelles agricoles et de 156.533 agriculteurs disposant d’un savoir et d’une expérience dans la production agricole.

L’utilisation des semences certifiées par les agriculteurs constitue le moyen de valorisation le plus efficace des progrès de la génétique et contribue sensiblement à l’augmentation de la productivité et à l’amélioration de la qualité des produits agricole. C’est pourquoi la Direction Régionale de l’Agriculture Doukkala – Abda et ses partenaires encouragent les agriculteurs à une utilisation massive des semences certifiées. Au début de chaque campagne agricole, des campagnes de communication sont organisées pour l’utilisation des semences sélectionnées dans la région de Doukkala-Abda dans le but d’assurer un meilleur développement des filières de production dans la région. Le Plan Maroc Vert vise l’augmentation des niveaux d’utilisation des semences certifiées, à l’horizon 2020, à 45 % pour les céréales et la pomme de terre et 100 % pour la betterave, selon un document du ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime.

Une filière semencière riche et variée dans la Région

La multiplication des semences de céréales constitue une filière semencière importante au niveau de la région des Doukkala-Abda actuellement développée exclusivement pour le blé dur et le blé tendre. Cette filière occupe une superficie de 5.000 ha dont 3.500 ha située dans le périmètre irrigué de Doukkala-Abda, soit 70% de la superficie totale concernée par la multiplication des semences de céréales. La superficie réalisée pour le développement de cette filière a doublé depuis campagne agricole 2007-2008 (2.500 ha) permettant une production de semence sélectionnée de 150.000 qx. Elle a connue une évolution importante et progressive depuis la campagne agricole 2007-2008 (42.000 qx) avec une augmentation de 500%.

L’augmentation significative au niveau de la production s’est accompagnée avec une évolution au niveau des ventes qui ont atteint 147.500 qx, soit 98 % de la quantité produite.

Ces améliorations sont le résultat des efforts conjugués des différents partenaires pour le développement du secteur semencier dans la région et la mise en œuvre de la convention de partenariat signée en 2010 entre la Direction Régionale de l’Agriculture des Doukkala-Abda, le SONACOS, l’Association Marocaine des Multiplicateurs des Semences (AMMS) et l’Association Marocaine des Plants et des Semences (AMSP) pour le développement de la filière.

Concernant la betterave à sucre, la région Doukkala-Abda produit annuellement près de  1.192.000 tonnes de betterave sur une superficie de 17.000 ha avec un rendement moyen de 69 tonnes/ha, une richesse en sucre de 18%, une production totale de sucre de 170.000 tonnes et une valeur de production de plus de 35.000 dh/ha. Cette filière qui est très organisée présente actuellement un taux d’utilisation de semences certifiées de 100 % de monogermes avec une quantité semée annuellement de 27.200 U au niveau de la région Doukkala-Abda.

La culture de pomme de terre sur une superficie de 4.000 ha produit 120.000 tonnes au niveau de la région et utilise 8.000 tonnes de semences certifiées.

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/02/semences_3.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/02/semences_3.jpg?resize=150%2C150adminsRégionPar: Azzeddine Hnyen Sous l’égide du ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, la Fédération Nationale Interprofessionnelle des Semences et Plants (FNIS) et l’Office Régional de Mise en Valeur des Doukkala ont organisé, un Forum National sur le Secteur des Semences, le 14 février 2015 dans le ville de...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires