Docteur Jalil Bennani : « un chemin d’humanité »

Par: Alain Degans  degans2

Tout est parti d’un devoir scolaire. Trois jeunes du lycée Jean Charcot avaient choisi un sujet d’actualité pour satisfaire à une épreuve du baccalauréat économique et social (ES) : une étude à réaliser et à soutenir. On ne s’étonnera pas de l’intérêt porté par ces jeunes tant l’humanité et les détresses occasionnées par les conflits et les catastrophes écologiques et économiques qui sont le lot quotidien de l’actualité, touchent leur sensibilité.

 

Ils menèrent donc leur enquête et rencontrèrent l’association Dar Al Amal qui s’occupe des enfants des rues et qui, dans leur action d’aide et de sauvegarde, rencontre des réfugiés. L’association devint ainsi le facilitateur des rencontres des jeunes avec ces gens venus d’ailleurs.

Dans le même temps, le Docteur Jalil Bennani, éminent médecin psychiatre et psychanalyste rbati mais également écrivain, avait mené à bien en collaboration avec le Comité National des Droits de l’Homme (CNDH) une étude sur les réfugiés au Maroc transcrite dans un très beau livre « Un si long chemin », dans lequel il recueille le témoignage de 20 réfugiés hommes et 10 femmes. Tout naturellement nos jeunes jdidis rencontrèrent le Docteur Bennani qui leur apporta son témoignage et son expérience.

 

La boucle était bouclée… Il ne suffisait qu’un seul ingrédient : réunir les trois protagonistes, nos trois jeunes, le docteur Bennani et l’association locale Dar Al Amal. L’idée d’une rencontre mûrit dans le cerveau de Damien Heurtebise, directeur de l’Institut français d’El Jadida mais franchement, il n’avait pas trop de mal, l’un des jeunes étant son propre fils…
C’est donc à Bouchra Elouriaghi de devenir pour un soir la modératrice de cette rencontre et le dialogue se fit naturellement très complice tant le sujet était commun aux différents acteurs.

La tradition marocaine de l’accueil, rappelée et voulue par le roi Mohamed VI, joue à plein et la régularisation des réfugiés contraste avec les politiques de refoulement qui ont trait en Europe. Le Maroc qui pouvait apparaître aux yeux des réfugiés comme une terre de transition avant un départ pour l’Europe, devient la terre d’accueil sur laquelle les réfugiés tendent à s’installer. Les raisons de ce changement exprimées par ces derniers réside dans la proximité de la langue, une religion majoritairement commune et la tradition d’accueil des marocains puisé dans l’histoire d’un Maroc pluriel.

Ces réfugiés croisés au détour d’un feu rouge et qui demande l’aumône, ainsi parfois agaçant l’automobiliste réfugié dans son confort, sollicitent certes quelques pièces pour subsister mais une parole échangée fait du bien parce que « ce qui caractérise les humains, c’est la parole ».
« Un si long chemin »… un chemin d’humanité…
A lire et acheter à la librairie de Paris
prix : 200 dirhams

Related posts

Leave a Comment