DIFFAA HASSANI JADIDI :DES MOTS ET DES MAUX

dhj.cànference

Par: Abdellatif Cherraf

Aujourd’hui, toute la ville en parle. Le vide laissé par l’absence justifiée par certaines presses du coach égyptien Tarek Mustafa et injustifiée par d’autres, laisse plus d’un perplexe ! Notamment les associations des supporters dont l’un des ultras « CAP SOLEIL » nous a soufflés lors d’une séance d’entrainement du DHJ sur le terrain du golf d’El-Jadida, que l’administration du club est en grande partie responsable de tous les maux du Diffaâ  et qu’il était anormal que tous les égyptiens désertent notre bonne équipe de football.

Comme vous l’avez deviné,  il s’agit d’Hassan Shehata, Mohamed Essayed (le joueur) et Tarek Mustafa. Ces derniers, selon, l’opinion sportive en général et celle des Doukkala en particulier, n’ont jamais perçu leur dû  à temps !

Précisément à l’entame de la saison footballistique où tous les joueurs étaient dans le panier… La cause du claquement de la porte par Shehata qui a tenu jusqu’à la sortie de son équipe de la Coupe du trône dont le DHJ de Abdelhak Ben Chikha était détenteur !

Il parait que cette cause pousse aussi les joueurs à vouloir partir ailleurs. Fini le temps de jouer pour les couleurs du club et l’amateurisme avec !

Aujourd’hui on fait du football sa profession, son gagne- pain. Et tant que les dirigeants  ne comprennent pas cela,  ils n’ont rien à faire dans un comité de football dit professionnel ! D’autre part, comment peut-on concevoir que le football d’Elite « PRO » soit gérer par un esprit amateur ?

Peut-être que c’est là, où réside la source de tous les maux du DHJ ?

N’est-ce pas, monsieur le président ? Votre révélation,  sur,  j’allais dire la volte-face de Tarek Mustafa est compréhensible par ce qu’il a voulu renforcé  l’effectif du DHJ diminué par le départ de 50% de l’ossature de l’équipe par le recrutement, comme vous le dites,  de sept ou huit joueurs de l’Elite 2 alors que la vision du bureau dirigeant était ;  lancer 5 jeunes du centre de formation DHJ, illico-presto, dans les trois derniers matches du championnat ! Mieux encore, vous confirmez même que Tarek Mustafa avait une vision totalement opposée à celle du comité ! Alors, alors c’est plus grave qu’on pensait pour le DHJ qui est appelé à trouver un entraineur dont le CV contient  un papier qui stipule que ce dernier marche aux ordres du président et ses sbires, point barre, comme dirait l’autre.

Related posts

Leave a Comment