DHJ – WAC : 1 -1…Le DHJ encore et toujours au creux de la vague

dhj.2019 0

El Jadida Scoop

Comment est-il possible qu’un club sur lequel on nourrissait beaucoup d’espoirs en début de saison, soit si médiocre et si méconnaissable  ?

Comment et alors qu’on se voyait, à coup sûr, qualifiés pour l’une des coupes africaines et réaliser une saison où tous les exploits étaient permis,  se trouve-t-on contraints à batailler dur pour notre seul maintien ?

Jamais la trésorerie du DHJ n’a été en aussi bonne situation, au début d’une saison, comme  cette année. L’ambiance au sein du club semblait saine. Tous les joueurs que l’entraineur Tallib, voulait s’offrir, il les a eus….Et pourtant…

Et pourtant la mayonnaise n’a pas pris. Elle n’a pas pris à cause de comportements louches lors des transferts et des recrutements surtout.

La mayonnaise n’a pas pris, parce que les hommes adéquats, les dirigeants qu’il nous fallait ont fait défaut.

C’est connu, trop d’argent, dans n’importe quel domaine, finit toujours par attirer les faux c…et leur convoitise.

Et il a suffi que le bateau DHJ soit pris dans la tourmente d’une « mer houleuse » pour que le capitaine, en l’occurrence « ssi Talib », censé être le dernier à quitter le navire, soit le premier à se jeter par dessus bord et essayer de nager vers des aires plus clémentes (IRT).

Tous ce qui a suivi après, ne fut autre que du colmatage et une perte d’argent inutile.

Le recrutement de Valud ou Zaki, n’était autre qu’une fuite en avant. Un bâclage pour essayer de sauver ce qui pouvait encore l’être et calmer les esprits.

Celui de Julian Ninov et Camara pendant le mercato, s’inscrit dans le même registre.

Beaucoup diraient que le DHJ s’est bien battu contre le WAC. D’ailleurs ce n’est pas la volonté qui manque à toutes les autres équipes mal classées de notre Botola. Ce qui manque ce sont les joueurs capables de faire la différence et d’offrir des points au club. Se battre pour finalement perdre ou faire match nul, n’a jamais sauvé un quelconque club de la relégation.

Cueillis à froid contre le WAC, les doukkalis, pouvaient encaisser encore plus de buts en ce premier half. A part le tir de Msuva, arrêté en deux temps par Ahmed Tagnaouti,le DHJ ne faisait que se défendre contre un adversaire en confiance et dont les joueurs ont acquis un automatisme et un fond de jeu, rarement atteints par ce club par le passé.

Et c’est toujours par l’omniprésent Msuva que les doukkalis parvinrent à égaliser au second half.

Faire match nul aujourd’hui devant le WAC, est devenu synonyme d’un exploit sans commune mesure.

Espérons que le meilleur soit à venir.

Related posts

Leave a Comment