dhj-rsb 1

Par: Abdellah Hanbali

Après le match nul (0-0) ramené de Berkane, lors du match aller, certains ont trouvé qu’on a été sévère à l’encontre du DHJ et du schéma tactique adopté, ce jour là, par Talib. La réalité est que nous ne l’avons pas été assez. Nous continuons à penser que les berkanais étaient prenables ce jour là, et que les jdidis auraient du ne rien lâcher  et ramener un bon résultat du cœur de  l’Oriental.

Cela n’a pas été fait et les jdidis ont failli laisser des plumes lors du match retour.  Car comme pour ne rien arranger, les cavaliers de doukkala encaissèrent un but qui les «cueillit à froid », dès l’entame du match. Un scénario cauchemardesque, puisqu’ils étaient appelles à courir derrière l’égalisation, puis le but de la victoire, synonyme à lui seul de la qualification pour la finale.

Heureusement que  le DHJ n’est jamais aussi bon, que lorsqu’il joue à bride abattue et  sans aucune retenue. Chose qui nous a permis d’assister depuis lors  à de très belles phases de jeu. Les cavaliers de doukkala revinrent à la marque  et parvinrent à marquer un deuxième, puis à réaliser le break, grâce à un troisième but.

Tout le stade Al Abdi jubilait. Tout les doukkalis croyaient à ce moment là, que les carottes étaient cuites pour les berkanais et que les cavaliers de doukkala, dans leurs chevauchées fantastiques, finiront par presser les « oranges de l’oriental » jusqu’à la dernière goutte.

On a cru, mais la réalité fut malheureusement  autre…

La réalité fut autre car c’est à ce moment précis que Talib aurait du verrouiller son milieu de terrain et essayer de garder le résultat. Il ne l’a pas fait et le DHJ en a payé les frais illico presto et aurait pu être éliminé aux portes de la finale.

Les orientaux revinrent à 3-2, puis égalisèrent à3-3, en l’espace de quelques minutes.

Le DHJ et ses fans vivaient à ce moment là,  un réel cauchemar. La mésaventure face à l’OCS au stade Al Abdi l’année dernière était toujours vivace.

Le DHJ devait tout reprendre du début, et marquer s’il veut se qualifier.

Et comme le DHJ n’est jamais aussi bon que lorsqu’il veut remonter au score, ce fut chose faite à un quart d’heure du coup de sifflet final. DHJ- RSB : 4-3

Un quart d’heure qui sembla une éternité, et très certainement, le plus long/lent quart d’heure vécu par les fans du DHJ. Un quart d’heure d’un match interdit aux cardiaques. Le DHJ jouait à quitte ou double. Deux véritables dinosaures qui se faisaient  face et  cherchaient le KO à quelques minutes de la fin. Les nerfs étaient à fleur de peau…

Une éternité…c’était à n’en plus finir…Mais lorsque l’arbitre a fini par sifflet la fin de ce match, qu’on qualifierait volontiers, de meilleur match du football professionnel marocain à ce jour, ce fut le plus beau coup de sifflet final, depuis la finale gagnée avec Ben Chikha.

Les gens s’embrassaient, chantaient, dansaient, applaudissaient….Un moment qu’on aurait aimé voir duré et perduré …à n’en plus finir.

Bravo aux cavaliers de doukkala, une qualification dans la douleur, certes, mais une qualification qui nous propulsent à la  finale, qui aura lieu le 18 novembre à Rabat. Une coupe dont seules 90 mn nous en séparent aujourd’hui.

Wa difa3 ztorotot…

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/11/dhj-rsb.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/11/dhj-rsb.jpg?resize=150%2C150adminsSportPar: Abdellah Hanbali Après le match nul (0-0) ramené de Berkane, lors du match aller, certains ont trouvé qu’on a été sévère à l’encontre du DHJ et du schéma tactique adopté, ce jour là, par Talib. La réalité est que nous ne l’avons pas été assez. Nous continuons à penser...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires