Après le brin d’espoir qui nous a été laissés, lors de sa rencontre contre le MAT, le DHJ vient de démontrer à qui en doutait encore, que ce « soubresaut» n’était autre que celui    d’un agonisant.

Jamais ce club n’a joué aussi mal et jamais, tout au long de son histoire, il n’a été aussi pathétique à regarder « jouer » sur une pelouse.

Une équipe sans âme, sans fond de jeu, sans véritable schéma tactique. Des joueurs perdus sur le terrain. Un entraîneur qui ne sait plus s’il doit rester avec une telle « équipe » ou partir tenter sa chance sous d’autres cieux…Triste…Trop triste à voir et à supporter.

Mais toutes les belles choses ont une fin. Et à force de semer le vent, l’on finit (toujours) par récolter…la tempête.

Il faut dire qu’à force de pousser ses meilleurs joueurs vers la sortie, le DHJ a perdu une ossature solide, stable et sans laquelle rien de durable ne peut être bâti.

 Ni Zaki, ni encore moins Bencheikha, ne sont des faiseurs de miracles. On peut aussi bien engager un Pep Guardiola ou un Jürgen Klopp, rien n’’y fait, si on n’a pas une ossature solide et stable autour de laquelle on peut bâtir une équipe.

Aujourd’hui, si le bureau dirigeant a une conscience, il doit démissionner au plus vite et dans sa totalité. L’impasse où se trouve l’équipe, relève entièrement de sa responsabilité.

Quant à Bencheikha, s’il est conscient, dans son for intérieur, qu’il est incapable de faire sortir de cette équipe quelque chose de meilleur, qu’il démissionne aussi. Car avec son salaire et le niveau actuel de l’équipe…il y a de l’incompatibilité dans l’air.

Après tout, l’argent que gère Moqtarid et ses acolytes est celui des contribuables…et non le sien. Quelque chose dont il semble ne pas en être conscient!!!

El Jadida Scoop

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/12/dhj.mas11.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/12/dhj.mas11-150x150.jpgadminsSportAprès le brin d’espoir qui nous a été laissés, lors de sa rencontre contre le MAT, le DHJ vient de démontrer à qui en doutait encore, que ce « soubresaut» n’était autre que celui    d’un agonisant. Jamais ce club n’a joué aussi mal et jamais, tout au long de son histoire, il n’a été aussi...Source de L'information Fiable