.fadli 1

Par Azzedine Hnyen

Peut-être que beaucoup de fans du club jdidi et, en général, les chroniqueurs et les observateurs sportifs, pensaient que la rencontre opposant le DHJ au CR de Houceima, serait une pure formalité pour les Doukkalis en ratisse du grand écart des forces en présence. Mais c’était mal connaître Juan Pedro Benali, le coach des visiteurs.

Optant pour un jeu défensif pour sauvegarder son avantage de 2 à 1, réalisé au match aller, il a misé sur les contres rapides pour surprendre les locaux qu’il savait, pertinemment, qu’ils allaient se porter vers l’avant afin d’obtenir ce fameux goal qui les qualifieraient aux demis finale.

Ce schéma tactique avait donné, plus au moins, ses fruits en première période. Une période où les Jdidis, à l’image de leur milieu de terrain, avaient perdu du punch qu’on leur connaît. Les visiteurs s’étaient montrés plus combatifs et accrocheurs. Seulement, ils avaient confondu vitesse et précipitation. Ils auraient percé sans la clairvoyance et la rigueur du libéro mauritanien Ngah qui a été implacable durant toute la partie.

En deuxième période, les locaux se sont ressaisis pour presser la défense des visiteurs et leur gardien Houasli à fadliaccréditer d’un match sans faille. Les poulains d’Abderrahim Talib, voulant à tout prix, obtenir ce but libérateur qu’ils sentaient à leur portée, se mélèrent les pieds en voulant y parvenir coûte que coûte. Et alors qu’ils avaient commencé à croire en leurs chances d’atteindre les demis finale pour la première fois de leur histoire, Adnane El Ouardy détruisit ce beau rêve qui les animait à la 65ème mn en battant le portier houceimi. Les hommes de Benali ont tenté de revenir au score. Mais en vain. La défense jdidie, menée par l’international mauritanien seigneural, veillait au grain. Face à cet engouement, les attaquants locaux se libèrent pour mener des attaques meurtrières. Mais il y avait toujours un pied ou une tête ou le gardien de but qui sauvait la situation. Mais à la 90ème mn, Ahaddad doubla la mise sur un contre très rapide. Le score aurait été plus lourd tellement les visiteurs étaient époustouflés.

Les Jdidis sont parvenus à passer ce cap plein d’embûches parce que, faut-il le dire, l’adversaire du jour n’était pas un gros cylindré. Cela ne veut pas dire, non plus, que le DHJ est une équipe anodine. Au contraire, elle a tous les atouts pour s’imposer comme une équation difficile à contourner ou à surpasser facilement. Elle reste, avec son effectif pléthore, l’un des piliers importants du championnat national. Seulement, pour réussir à s’imposer, elle a besoin de tous les ingrédients pour y parvenir.

On ne comprend pas,  encore, pourquoi Mohammed Fadli reste éloigné du banc de touche après que le public et la presse sportive aient demandé son retour. Ousmane Diop ne pourrait remplir ce rôle dont s’acquittait, brillamment Fadli. Ousmane reste un stratège indispensable. Abderrahim Talib a intérêt, pour le bien de l’équipe et pour son bien aussi, de revoir sa position hostile envers son ex- adjoint. Il reste un éducateur et un père.

D’autre part, le comité dirigeant doit revoir son attitude vis-à-vis de ce public qui ne réclame que de regagner son lieu préféré. On sait que c’est une décision de ce comité. Et non des forces de sécurité comme si on ne veut pas de ce public.

Pour obtenir un délicieux menu, on a besoin de tous les ingrédients possibles. Avis aux concernés.

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/10/fadli-1.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/10/fadli-1.jpg?resize=150%2C150adminsSport. Par Azzedine Hnyen Peut-être que beaucoup de fans du club jdidi et, en général, les chroniqueurs et les observateurs sportifs, pensaient que la rencontre opposant le DHJ au CR de Houceima, serait une pure formalité pour les Doukkalis en ratisse du grand écart des forces en présence. Mais...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires