Désordre urbain

incivilité Feu-rouge-grille-930x620

Par Mohamed Moussedek Alaoui.

Dans nos villes et villages, l’occupation inconsidérée et intensive d’un terrain ou d’un lieu relevant du domaine public (chaussée ; trottoir ; grande place…etc.) est , de nos jours, une pratique courante. Par ailleurs, Il est devenu, d’après certains occupants de ces voies publiques, un droit acquis.

Cette pratique illicite est due généralement, soit à un manque de civisme chez certains citoyens : commerçants ambulants, cafetiers, automobilistes en particulier, soit à un manque de rigueur de la part de l’autorité compétente, qui, se voit « impuissante » de mettre fin à cette situation anarchique, et ce, en dépit des « efforts » fournis dans ce domaine.

Il serait opportun d’éclaircir à cette occasion certaines notions ayant un rapport direct avec les règles générales d’aménagement et d’urbanisme et qui sont généralement méconnues par la plupart de nos citoyens :

Les pouvoirs publics contrôlent l’affectation et l’utilisation du sol: schéma directeur (l’aménagement des espaces urbain, améliorer les rapports sociaux, préserver l’environnement) .
Le domaine public est le patrimoine commun d’un pays, la collectivité locale en est le gestionnaire et le garant dans le cadre de ses compétences. C’est un territoire de la nation. Un cadre de vie aux populations résidentes et futures, qui leur assure la sécurité, la salubrité et le respect réciproque : hygiène et propreté, éclairage et sécurité ; marchés et grandes surfaces, inhumations, habitations, égouts, canalisation, etc.

Tout citoyen, de son coté, devrait parfaitement connaitre ses droits et ses obligations.

Il doit  savoir qu’une voie publique est une voie affectée à la circulation terrestre publique (hors voies ferrées) et appartenant au domaine public de la collectivité locale qui en est la propriétaire. Au sens domanial du terme : c’est l’ensemble des espaces de passage et de rassemblement qui est à l’usage de tous, et qui n’appartient à personne, elle englobe la chaussée ouverte aux véhicules mais aussi ses dépendances comme les trottoirs. Ils sont définis comme suit :

Un trottoir fait partie du domaine public et ne peut en aucun cas se transformer en marché (commercial). C’est une partie de la route affectée à la circulation des piétons. Un véhicule motorisé n’a pas le droit de stationner ni de circuler sur un trottoir.

La chaussée  est destinée à la circulation des véhicules avec un passage piéton soumis aux règles de circulation applicables sur les voies publiques.

La bande cyclable  c’est la chaussée de la circulation des vélos.

Le feu de circulation routière est un dispositif permettant la régulation du trafic routier entre les usagers de la route, les véhicules et les piétons.
Chaque citoyen devrait obligatoirement savoir que Le code de la route n’’est pas fait uniquement pour les automobilistes, les cyclistes et les motocyclistes; les piétons  aussi, sont obligés de respecter certaines règles de ce code.

C’est un principe mondialement connu, et promulgué communément par tous les codes de la route et les régalements d’aménagement de l’urbanisme en tout temps et en tout espace.

occupation

Malheureusement, rien ne va plus, dans nos zones urbaines tout est confondu, un désordre qui nous fait perdre la boussole …on ne sait vraiment comment marcher sur un trottoir encombré, transformé en marché et qui expose toutes sortes de marchandises ; ni comment conduire sa bagnole sur une chaussée obstruée par des chariots ou carrioles chargés de légumes et/ou de fruits, vendeurs à la criée , marchandises éparpillées sur le sol de tous genres, de toutes espèces.. et à toutes les bourses.

Cette anarchie de vente s’empire pendant certaines périodes vacances, aïd…) où règne un désordre tumultueux. Et là , tout est permis sans droit ni loi :
-Tentes dressées par-ci par-là à l’intersection même de deux avenues , au vu et au su de tout le monde. Toute une circulation se trouve interdite. Certains passages pour piétons sont tellement jonchés de marchandises, qu’on ne sait plus où poser le pied. Un chaos quotidien, causé par des rixes et altercations entre vendeurs ( ferrachas) qui se hâtent depuis la pointe du jour, d’accaparer plus de place pour bénéficier d’une meilleure exposition de vente.

CIVISME62

Ce marché-trottoir devient un lieu opportun au commerce illicite, aux offres attrayantes et frauduleuses … Un théâtre propice aux escamoteurs et aux manipulateurs.

Au milieu de ce tohu-bohu, surgissent les moto-triporteurs qui pullulent dans la ville. Tels des rats excités par la faim et la soif et attisés par une concurrence folle et déloyale, se faufilent dans la foule. Ils s’introduisent partout (maladroitement). Conduisent n’importe comment (sans aucun respect du code de la route). Transportent marchandises et passagers avec une surcharge démesurée, excédant largement le poids légal du véhicule.

Signalons, par ailleurs, que ces engins-transporteurs qui sont destinés uniquement au transport de marchandise et non à celui  des personnes, ne sont pas seulement la cause de graves accidents de la circulation mais certaines fois aussi , comme  moyen d’agression, de viol et d’enlèvement, dont les victimes sont des femmes ou des personnes âgées.

L’un des principes fondamentaux des droits de l’homme promulgués depuis toujours par le Maroc, c’est de permettre à chaque citoyen de vivre dans la dignité et l’égalité, dans le cadre de ses droits et de ses devoirs.

Cet imbroglio urbain répandu dans certains de nos villes et villages défigure l’image du pays. Conteste ses principes ancestraux, édictés par sa religion et son histoire.

Il est temps de remédier à cette situation anarchique et de prendre des mesures rigoureuses et immédiates. Cependant, toute solution est impossible, tant que le citoyen ne  collabore pas. Un citoyen engagé, consciencieux, et dévoué.

Comme ce problème est celui de tout marocain fier de son pays, nous attendant de sa part des suggestions et des idées, à même de constituer des solutions adéquates à ce phénomène épineux et de rendre à Cesare ce qui lui appartient: son domaine public.

 ferracha1

 

Related posts

Leave a Comment