Dernier clou planté dans le cercueil du BTP.

Les chantiers de construction à l’arrêt se font nombreux, et certains promoteurs immobiliers ont décidé de ne plus s’engager dans de nouveaux projets jusqu’à ce que la « folie » des prix se dissipe.

 Face à des progressions effarantes comme celles du madrier (45 DH le mètre au lieu de 19 DH), du fer à béton (de 6000 DH à 13.000 la tonne) ou des briques rouges (1,5 DH l’unité contre 1,2 DH), couplées à l’envolée des prix des carburants, les entrepreneurs, surtout ceux engagés dans des chantiers publics, n’ose plus discuter de rentabilité mais plutôt de comment échapper au spectre de la faillite.

Related posts

Leave a Comment