Dégradation de la ville d’El-Jadida? Oui, mais…

jdi.souk1

Ayant intégré ce groupe depuis quelques semaines. Et après avoir pris connaissance des commentaires et constats des adhérents du groupe sur la dégradation de notre chère petite ville, je me permets de donner un point de vue personnel sur cette déplorable situation.

En effet, et comme dit l’adage, « charité bien ordonnée commence par soi ». Tout individu est avant tout un citoyen. Et afin d’améliorer l’état désolant de la ville d’ElJadida, il conviendrait de commencer par se référer à la citoyenneté et s’assurer du rôle que chacun peut jouer. Car, outre le statut juridique, la citoyenneté se définit également par des valeurs, valeurs qui sont basées sur le civisme, la solidarité et la civilité.

En effet, le civisme consiste, à titre individuel, à respecter et à faire respecter les lois et les règles en vigueur, tout en ayant conscience de ses devoirs envers la société. De façon plus générale, le civisme est lié à un comportement actif du citoyen dans la vie quotidienne et publique, en agissant de telle sorte que l’intérêt général l’emporte sur les intérêts personnels.

Quant à la solidarité, on peut dire que, dès lors que les citoyens, ne sont plus de simples individus pris séparément, mais un ensemble d’individus attachés à un projet commun, elle prend alors l’aspect d’une attitude d’ouverture aux autres qui illustre le principe de fraternité et d’assistance aux plus démunis.

Enfin, la civilité se caractérise par une attitude de respect, à la fois à l’égard des autres citoyens, se traduisant par des attitudes de politesse et d’égards entre les individus, mais également vis-à-vis de l’environnement, comme le respect des lieux publics tels que les transports publics, les parcs … C’est donc une reconnaissance et une tolérance mutuelles des individus, chacun vis-à-vis de l’autre, au nom du respect de la dignité de la personne humaine, pour aboutir, en fin de compte, à une plus grande harmonie dans la société.

En conclusion, pour aboutir à une amélioration, voire un développement de notre chère petite ville, nous avons donc tous le devoir et l’obligation de nous intéresser à l’amélioration de nos attitudes vis-à-vis de la société et dans un cadre plus global, le devoir de respecter tout ce qui nous entoure.

A bon entendeur…

Khadija Choukaili

Related posts

2 Thoughts to “Dégradation de la ville d’El-Jadida? Oui, mais…”

  1. polcaj carle

    Au-delà du civisme, de la civilité, et de la solidarité vous auriez pu porter un regard pertinent sur la réalité de politique environnementale de la ville.La dégradation de la ville:de quelle dégradation parlez-vous?.Votre article est souligné d’une photo qui montre un espace de ventes de fruits et légumes divers où visiblement l’hygiène devant accompagner ce genre de marché ne semble pas le premier soucis des citoyens.Mais vous n’avez rien à dire des responsables politiques de la ville?du comité d’hygiène aux abonnés absents?
    Je réside dans un quartier qui longe la côte et où la commune vient d’ériger  »un mur de la honte »Citoyen je le suis, sensible à mon environnement je le suis également.Soucieux du devenir de notre planète de notre environnement immédiat je constate cependant l’incompétence des autorités locales à appliquer la loi N°28-00 relative à la gestion des déchets et à leur élimination: Dahir N°1-06-153 du 30 chaoual 1427(22 novembre 2006),BO N° 5480 du 7 Décembre 20006.Dans mon quartier et tout le long de la côte il est une évidence que la collecte des ordures n’est pas effectuée d’une façon rationnelle.La municipalité a changé de personnel politique, on a changé de société de ramassage mais les ordures, elles demeurent honteusement comme une identité spécifique à notre ville.Dans mon quartier deux containers se logent sur un parking.Deux containers qui 4 heures après avoir été vidé sont à nouveau pleins.A partir de ce moment les citoyens ne peuvent que poser leur déchets à même le sol.Les chiens, le vent,les miséreux à la recherche de plastique, de papier, de verre etc… vont répandre tout sur la chaussée et le terrain vague qui se trouve à proximité.Ce sont les employés de la société de ramassage qui chaque jour sont contraints de ramasser ces détritus épars avec peu de moyen,très souvent à la main.C’est une honte.Parlez nous des cimetières, où je me rends chaque année et où dans un fouillis monstres d’herbe folles, de détritus, de tombeaux éventrés je peine à me recueillir.Comment est-ce possible?Comment dans ce lieu de mémoires, de souvenirs des jours heureux partagés avec ces chers(ers)disparu(es)Comment voir autant d’abandons,de salissures.Où se trouve la dignité de certains, de certaines qui en charge des affaires sociales, et communales dans tout celà?Que celles et ceux qui il n’y a pas si longtemps lors de leur campagne électorale ce sont évertué à coup de bendir,de derbouka et de confettis de papier à promettre une nouvelle ville se mettent réellement au travail.

  2. Loura

    Civisme, civilité solidarité sont des mots très jolis utilisés de nos jours par des politiciens sans scrupules. Cette brochette de mots, souvent, vomis des bouches de populistes du genre Trump, Berlusconi et … , relayés par des media complices, trouveront leurs échos dans les oreilles des candides non-averti des pays soit disant démocratiques. Dans ces pays, la pauvre démocratie est molestée, abusée, violée et elle doit rejoindre le mouvement Mee-too.
    Nous marocains on est loin d’être des citoyens Norvégiens où le civisme, la civilité et la solidarité sont imposés aux gouvernants par leurs citoyens.
    Chez nous, au Maroc, le citoyen-sujet n’est ni consulté, ni écouté et depuis toujours, il ne fait que subir les décisions d’une mafia de gouvernants et de politiciens démunis de tout civisme, de toute civilité et de toute solidarité voire même ils sont démunis de tout patriotisme.
    Au lieu d’investir leurs profit volés et escamotés dans leurs pays, ils les placent dans des comptes off- shore à Malte ou au Panama.
    En attendant, les Jdidis, si dociles, peuvent toujours espérer que l’agence d’urbanisme,récemment, installée dans un siège futuriste, résoudra l’urbanisatIon de leur ville dans un future impossible.

Répondre à polcaj carle Annuler la réponse