On dit qu’à quelque chose malheur est bon, et cet adage est en train de se vérifier avec la pandémie de Covid19 qui nous a donné sans contestation de nombreuses bonnes leçons.

 Elle a démontré  que nous tous, autant que nous sommes,  sommes égaux, que nous soyons riches, pauvres, noirs, blancs, jeunes ou vieux, scientifiques ou religieux.

 Nous avons tous peur devant cette mystérieuse entité biologique capable de tant de dévastations, qui a causé d’énormes pertes humaines, a eu un impact négatif sur l’économie mondiale et les marchés boursiers qui se sont effondrés, et a mis à mal le bien-être de milliers d’humains.

 Mais elle a cependant des aspects positifs.

C’est ainsi que des milliers de personnes se sont mises au DIY ( do it yourself), à la cuisine maison et à la consommation locale. Des couples se sont redécouverts , ont réappris à faire famille, et à consacrer plus de temps à leurs enfants et à mieux les connaître.

Des élans de solidarité ont été déclenchés partout  pour venir en aide aux personnes et familles démunies, des opérations d’hébergement des sans-abris, des campagnes de don de sang, des contributions au Fonds dédié à la gestion de la pandémie du Covid-19, ou encore des actions entreprises pour mettre à la disposition des malades contaminés des logements et des chambres d’hôtels, illustrant ainsi les principes et les valeurs intrinsèques de notre société.

Par ailleurs, il est aussi indéniable qu’elle a des effets positifs sur la nature et l’environnement.

 Les mesures de confinement adoptées par plusieurs pays ont impacté positivement les écosystèmes et les espèces animales qu’ils abritent.

 C’est ainsi que les taux de pollution de l’air ont considérablement baissé, aussi bien que ceux de la pollution sonore et lumineuse.

 L’air que nous respirons est devenu bel et bien plus propre.

Les eaux des mers sont devenues plus claires et d’une belle couleur turquoise.

 La nature  reprend ses droits pendant que les humains sont confinés, comme pour leur  dire que sans eux , une harmonie parfaite se serait faite entre la faune et la flore.

 Tous les jours, des images fort émouvantes nous parviennent des 4 coins du  monde .

Oiseaux, animaux sauvages et mammifères marins se sont réappropriés certains espaces.

Avec cette accalmie et la fin des nuisances, on a retrouvé des bruits naturels comme le chant des oiseaux et d’autres phénomènes naturels.

Ce sont des dauphins , des cormorants ou des aigrettes que l’on aperçoit dans des eaux inhabituellement limpides à Venise comme pour venir au chevet de l’Italie meurtrie pour panser ses blessures.

 La couche d’ozone serait en phase de reconstitution au-dessus de l’antarctique et que dire des canards qui se promènent tranquillement dans les rues désertes de Paris !

 Chez nous, ce sont des troupeaux de sangliers qui ne se gênent pas pour déambuler dans des endroits où ils n’avaient pas l’habitude de se hasarder,  par exemple à Ifrane, Tanger ou  à Rabat. Des moutons ou des chèvres prennent leurs aises en se donnant rendez vous en plein milieu des avenues.

 Dans l’histoire contemporaine, une telle situation n’a jamais eu lieu.

 Cette liberté restreinte permet sans doute à l’humanité de réfléchir sur les joies de sortir se balader, de respirer de l’air pur, de se promener dans des parcs , au bord de la mer ou à la campagne, en somme , d’être très près de la nature et de toutes ses composantes.

 Oserions-nous espérer qu’une nouvelle ère va s’annoncer après  cette pandémie ?

 Le monde serait obligé de changer de paradigme et cesser toutes actions et modes de consommation  engendrant la dégradation de l’environnement .

 Cette nature que tout le monde a hâte de retrouver doit faire l’objet de plus de  considération et de respect. C’est de l’utopie peut-être mais ce serait bien que les gens commencent à réfléchir et deviennent plus responsables  envers la nature et l’environnement.

 Malheureusement, à voir tous ces masques de protection jetés dans la nature par des inconscients , on peut tomber facilement dans le défaitisme. Au reste, pourquoi ne pas faire du confinement une occasion pour réfléchir , de faire la part des choses entre ce qui est superflu et ce qui est essentiel,  au moins au niveau de nos  modes de consommation ou d’alimentation? On doit aussi en profiter pour repenser nos vérités humaines et revenir à nos valeurs morales de tolérance, de justice  et de paix ,  faire en sorte que l’amour, l’amitié, l’entraide, la communion, et la solidarité soient les maîtres mots qui guident notre vie.

 Si on ne tire aucun enseignement de cette crise, c’est qu’on n’a rien compris, et qu’un retour du bâton est à craindre,  certains comportements inconscients ne signalant rien de bon ..

Khadija Benerhziel

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/06/cite.portugaise1.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/06/cite.portugaise1-150x150.jpgadminsLibre OpinionOn dit qu'à quelque chose malheur est bon, et cet adage est en train de se vérifier avec la pandémie de Covid19 qui nous a donné sans contestation de nombreuses bonnes leçons.  Elle a démontré  que nous tous, autant que nous sommes,  sommes égaux, que nous soyons riches, pauvres, noirs, blancs, jeunes ou vieux,...Source de L'information Fiable