Certes, les autorités sanitaires sont sur le qui-vive dans leur combat acharné contre ce virus virulent qui a mis à genou l’humanité entière. Mais abandonner une femme fragilisée par un accouchement à son sort dans une ville qui lui est inconnue, cela relève d’un manque de professionnalisme pour ne pas dire d’humanisme.

Les faits, tels qu’ils ont été relatés par une vidéo publiée par hespress, remontent au jeudi 21 mai quand une maman s’est présentée à l’hôpital Mohammed V d’El Jadida pour faire hospitaliser sa petite fille âgée à peine de quelques jours et présentant les symptômes du covid-19.

 Cependant l’état du bébé nécessitait son transfert au CHU Ibn Rochd de Casablanca où la petite a effectivement été admise.

Malheureusement, et ce qui parait invraisemblable, c’est que la maman s’est vu refusée la possibilité d’accompagner son nourrisson lors de son hospitalisation.

Croyant pouvoir compter sur des parents proches, habitants la capitale économique pour l’accueillir en cette période difficile où elle avait besoin d’être hébergée, elle a été confrontée au refus catégorique de sa famille qui a craint qu’elle soit également porteuse du virus, et s’est ainsi retrouvée errant dans les rues de Casablanca, livrée à son sort dans une ville inconnue, par ces temps d’urgence sanitaire.

C’est dans le cadre de l’enquête épidémiologique et du protocole de suivi des personnes-contacts, que ses parents, résidents à My Abdellah ont pu informer les autorités en charges du suivi sanitaire que leur fille est restée à Casablanca errant dans la rue.

De proche en proche, et grâce aux investigations auprès de sa famille de Casablanca, les autorités ont pu la localiser par l’intermédiaire d’un gardien d’immeuble qui l’aurait aperçue dans le quartier et dont ils sont parvenus à avoir le numéro de portable.    

La malheureuse a enfin pu être « rapatriée » à My Abdellah auprès de sa famille par les autorités sanitaires en charge du suivi des personnes-contacts, après avoir passé deux jours à errer dans les rues de Casablanca. 

Doit-on qualifier la mésaventure de cette malheureuse femme fragilisée par un accouchement, de dommages collatéraux dus au covid-19 ?

Le sort de la petite n’est toujours pas connu, étant encore dans un état critique en soins intensifs au CHU Ibn Rochd

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/05/hopital-55-1.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/05/hopital-55-1-150x150.jpgadminsLibre OpinionCertes, les autorités sanitaires sont sur le qui-vive dans leur combat acharné contre ce virus virulent qui a mis à genou l’humanité entière. Mais abandonner une femme fragilisée par un accouchement à son sort dans une ville qui lui est inconnue, cela relève d’un manque de professionnalisme pour ne pas dire d’humanisme. Les faits, tels...Source de L'information Fiable