Coronavirus-El Jadida : Vous avez dit restrictions ?

Si l’on considère le contexte alarmant et très préoccupant de la propagation du virus au niveau de la ville, et l’absence de tout contrôle ou suivi des cas de contamination, vu l’absence de structure dédiée au dépistage de ce satané virus, on devrait plutôt s’inquiéter de la situation qui semble ne plus être ni maitrisable, ni maîtrisée par les autorités sanitaires.

Certes, les autorités locales avaient instauré de nouvelles mesures relatives à la fermeture partielle de la ville à partir du dimanche 25 octobre, afin de limiter la contamination, et le Gouverneur avait déclaré, que suite à la propagation alarmante du covid-19 dans la province, il a été décidé la fermeture des commerces, restaurants et cafés, salles de sport et autres activités à 21H.

Malheureusement, on constate dans les faits, que certains commerces ne respectent pas les horaires de fermeture et restent ouverts à des heures tardives. Il s’agit surtout de certains commerces ambulants qui rentrent dans la catégorie des métiers informels et qui ne sont pas spécifiés dans les communiqués.

Notons également que les mesures-barrières si recommandées par les autorités, particulièrement la distanciation, sont loin d’être respectées. En effet, comme on le constate dans les rues de la ville, le taux d’occupation des bus, qui est en principe limité dans le cadre des mesures restrictives, est largement dépassé dans certains véhicules, ce qui représente un énorme risque de contamination et de propagation du virus.

Mais à qui incombe la faute ?

Certes, le facteur de la rentabilité des bus ne saurait être exclu. Mais on ne peut continuer à incriminer la société de transport urbain car les usagers qui ne respectent pas les recommandations ont également leur part de responsabilité.

Il faut reconnaître que de nombreux citoyens ne sont pas encore conscients de la gravité du virus et continuent à faire fi des mesures barrières, alors que le bilan explose chaque jour, enregistrant par milliers les nouveaux cas de contamination, et annonçant des cas critiques et des décès de plus en plus nombreux.

Alors, comment peut-on parler de mesures restrictives dans une ville où les bus sont archi-bondés et où les cafés ne désemplissent pas ? 

Related posts

Leave a Comment