Ne dit-on pas que « nécessité est mère de l’invention » ? Ou encore qu’«à quelque chose malheur est bon »?

Il aurait fallu qu’une crise sanitaire survienne pour que le Maroc fasse exploser tout son savoir-faire et réaliser ainsi un grand pas en avant dans le développement de ses capacités technologiques.

En effet, le confinement imposé par l’urgence sanitaire qui a contraint la majorité des secteurs à une suspension de leurs activités et qui a eu un effet ravageur sur le tissu économique, aurait eu un impact positif quant à l’évolution du télétravail.

Plusieurs départements, aussi bien publics que privés, ont eu recours au travail à distance pour minimiser les retombées négatives sur leurs activités.

Dans certaines administrations publiques, la pandémie a imposé, de fait, ce nouveau mode de travail. Ce qui a engendré l’idée de lui donner un caractère réglementaire, de manière à pérenniser une méthode en mesure d’assurer l’équilibre entre les besoins de l’administration d’une part, et les conditions spéciales ou exceptionnelles de certains fonctionnaires contraints de travailler à distance, d’autre part.

C’est dans ce cadre que le Maroc projette d’officialiser le télétravail dans les administrations publiques.

Ainsi, le Ministère des Finances et de la Réforme de l’Administration a élaboré un projet de décret qui a été soumis aux différents ministères qui devront formuler leurs avis avant que ledit projet ne soit soumis à l’examen en Conseil du gouvernement.

Ce projet de décret serait déjà introduit dans le circuit législatif. Le texte de loi devrait voir le jour incessamment, et la liste des activités concernées par le travail à distance sera élaborée en concertation avec chaque administration. Avant sa généralisation, une période d’expérimentation sera nécessaire afin d’en évaluer les résultats.

Il faut reconnaître que, testé durant cette période de confinement, le télétravail a visiblement fait ses preuves.

Toutes les administrations sont concernées par ce nouveau mode de travail, y compris les établissements publics et les collectivités territoriales. La liste des métiers concernés par le télétravail sera fixée en concertation avec chaque département, conformément aux dispositions du décret.

À l’heure de la transformation numérique et de la digitalisation, il était temps de franchir le pas pour se mettre au diapason des administrations qui ont testé l’efficacité de ce mode de gestion très en vogue à travers le monde. Un guide du télétravail a été élaboré par le gouvernement et a été rendu public pour définir les conditions de sa mise en place.

L’élaboration d’une réglementation de ce mode de travail à distance sera le prélude d’une nouvelle pratique qui changera, à coup sûr, l’image de l’administration, qui a, de tout temps, était critiquée.

L’adoption du télétravail sera également l’occasion pour l’administration publique de mieux s’organiser en interne et à mettre en place des systèmes de contrôle et d’évaluation plus rigoureux, ce qui permettra de mettre un terme aux méthodes archaïques qui sont loin de favoriser le développement des compétences.

Le confinement n’aura pas été sans avantages. La situation de crise a poussé, aussi bien le gouvernement que les citoyens, à se tourner vers les solutions numériques qui donneraient, à coup sûr, un nouveau souffle à notre administration, mais aussi à la façon de chacun de s’acquitter des tâches qui lui sont confiées.

Khadija Choukaili

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/05/teletravail.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/05/teletravail-150x150.jpgadminsLibre OpinionNe dit-on pas que « nécessité est mère de l’invention » ? Ou encore qu’«à quelque chose malheur est bon »? Il aurait fallu qu’une crise sanitaire survienne pour que le Maroc fasse exploser tout son savoir-faire et réaliser ainsi un grand pas en avant dans le développement de ses capacités technologiques. En effet,...Source de L'information Fiable