CONTRE LA MÉDIOCRITÉ

Municipalité d'El Jadida (2)

Il se pourrait que le moment soit venu d’introduire ‘la médiocrité en tant que concept explicatif de nos sociétés contemporaines. Prenons le cas d’un pays qui nous est proche, le nôtre.

Le concept de « médiocrité », on ne le trouve pas dans l’arsenal dont disposent les sciences sociales pour comprendre le monde. On ne le rencontre pas en sociologie, en anthropologie ou en politicologie. On ne l’utilise pas dans les conférences, les cours magistraux, les thèses de doctorat. Ni Ibn Khaldoun, ni Rousseau ni Bourdieu ne s’en servent pour disséquer les sociétés de leur époque. Généralement, c’est à l’autre extrémité de la gamme qu’on s’intéresse: aux élites, aux grands esprits, à l’homme providentiel. Nulle part on ne trouve d’hymne au Médiocre, ni de statue du Niais sur la place publique, ni de photo du Crétin au dos des paquets de levure.

Pour autant, il se pourrait que le moment soit venu d’introduire « la médiocrité » en tant que concept explicatif de nos sociétés contemporaines. Prenons le cas d’un pays qui nous est proche, le nôtre. Comment expliquer la multiplication d’incidents aussi grotesques qu’inquiétants (deux jeunes femmes passent devant le juge pour avoir osé porter une jupe (ou une robe, on ne sait pas, mais le crime est avéré), on lynche un pauvre gars parce qu’il ne répond pas aux critères usuels de virilité, on appelle au meurtre de citoyens présumés « laïcs », etc.), comment expliquer tout cela sinon par une montée générale de la médiocrité ?

Il fut un temps (disons : jusqu’aux années 80) où les choses étaient claires : il y avait une élite intellectuelle dans le pays, la (vraie) science et le savoir étaient à l’université, les journaux et les revues (quand ils n’étaient pas interdits) étaient faits par des pros. Il y avait un certain respect pour l’intelligence. La médiocrité existait, bien sûr, mais elle rasait les murs et elle n’avait pas, en général, la possibilité de s’exprimer. Une génération plus tard, aujourd’hui donc, la donne s’est complètement inversée: l’intelligence, la raison et la réflexion philosophique ont pratiquement disparu, c’est la revanche du médiocre. Il s’autorise de sa médiocrité pour porter des jugements aussi dogmatiques que définitifs sur le monde, il se balade partout avec son portable pour faire des photos ou des vidéos de tout ce qui dérange ses cercles (et il s’empresse de les « poster » sur Internet) et quand une bande de médiocres s’assemble, cela finit par un lynchage.

Que faire ? Il faut entrer en résistance contre la bêtise, tout simplement. La prochaine fois que vous lirez un livre de philosophie ou un article de cosmologie, que vous regarderez un film de Malick ou de Kiarostami, que vous expliquerez Darwin aux ignorants, si on vous demande ce que vous faites, répondez simplement :

– Je résiste.

Par : Fouad L

Related posts

Leave a Comment