mouina

 

Le printemps

Mon âme transcende,

Elle n’a pas besoin de sondes,

A chaque saison ses ondes,

Au printemps les bonnes abondent.

Mon âme se lance

Dans une danse en transe,

Chaque saison a ses jouissances,

Au printemps c’est l’effervescence.

Mon âme veut rendre,

Linéaires les méandres,

Chaque saison est une bélandre,

Au printemps je veux fondre.

Mon âme, la paix reflète,

Sa sérénité est nette,

Chaque saison a sa dette,

Au printemps c’est la fête.

Mon âme adore le magique,

Survole le fantastique,

Chaque saison a sa caractéristique,

Le printemps est magnifique.

Mon âme prétend,

Au repos du combattant,

Chaque saison a son encens,

Au printemps c’est l’enivrement.

Le printemps m’emballe,

Toutes les joies se valent,

Dans l’embarras,

Des multiples choix.

Mouina El Achari

Prière

Ô colombe sème la paix

Tant souhaitée,

Tes ailes si convoitées

Ne peuvent être amputées,

Par les folies de l’humanité.

Vole au-dessus des âmes,

Éteins les flammes,

Estompe l’infâme,

Sois la douce rame,

Dans l’océan des drames.

Gratte les nuages,

Verse sur les parages

Des flocons qui ravagent

Les conflits et endommagent,

Les multiples clivages.

Prière pour les enfants,

Perdus dans le développement,

Technologique évidemment

Sans esprits conscients,

Rabelais avait bien raison.

Prospérité boiteuse,

Folies désastreuses,

Guerres silencieuses,

Enfances malheureuses,

Les écarts se creusent.

Mouina El Achari

Le petit félin

En vrai félin le petit chat,

Guette une pauvre proie,

Les yeux figés il est prêt,

A faire l’essai sans arrêt,

De sauter et reprendre,

Sans jamais comprendre,

Sa nature de prédateur.

Obligé de vivre à l’intérieur,

Des murs qui procurent,

La belle vie, mais très dur

De supporter l’ennui,

Jour et nuit.

Le petit chat sans cesse,

Joue en toute délicatesse,

Mais parfois son instinct,

Lui sort les griffes du félin,

Les oreilles bien ouvertes,

La queue par terre inerte.

Gare à la souris qui s’aventure,

En ce retour à la nature,

Le petit chat la capture,

La met hors d’état de nuire,

Et s’en va calmement,

Contrer son épuisement.

Le petit chat n’a pas faim,

Il a tout juste besoin,

D’assouvir son instinct,

De sauvage félin.

A-t-on raison

De le coincer à la maison ?

Mouina El Achari

http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/03/mouina.png?fit=1024%2C1024http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/03/mouina.png?resize=150%2C150adminsArt & Culture  Le printemps Mon âme transcende, Elle n’a pas besoin de sondes, A chaque saison ses ondes, Au printemps les bonnes abondent. Mon âme se lance Dans une danse en transe, Chaque saison a ses jouissances, Au printemps c’est l’effervescence. Mon âme veut rendre, Linéaires les méandres, Chaque saison est une bélandre, Au printemps je veux fondre. Mon âme, la paix reflète, Sa sérénité...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires