hammam7

Après un poème inspiré par le film Much Loved de Nabil Ayouch et dédié à des femmes reniées par la société parfois à tort, paru dans mon recueil de poésie «La poésie ma thérapie » 2016.

Cette année une femme qui travaille au Hammam, belle et qui paraît abattue a suscité ma curiosité, je me suis rapprochée d’elle et j’étais vraiment sidérée par son histoire, ce qui a inspiré un poème dédié à des femmes oubliées par la société …LES FEMMES DU HAMMAM.

Les oubliées de la société
(Les femmes du hammam)

Les oubliées de l’histoire des combats,
Fourmis des salles chauffées,

Sans trêve dès le lever du soleil elles sont là,
Pour le confort de leurs semblables gâtées.

Qu’il pleuve ou qu’il neige leur sueur coule,
Au-delà de la longueur de la journée.
Pour subsister, leur mal elles refoulent
Et s’expriment des fois en névrosées

Spécialement, le Vendredi et la veille des fêtes
Dans la coutume, nous allons au hammam
Mais pour cette catégorie de femmes,
A ces occasions, pour servir elles doivent être prêtes

Leur image de marque est l’agressivité
Que toutes les femmes tendant à s’emporter,
Les marocains leur collent le nom de Tayyaba,
A tort, en niant leur exploitation, privée de tout droit

J’ai connu l’une d’elles que je nomme Halima
Un beau corps mais le visage en dit long.
Encore jeune, elle persévère et mène le combat
Malgré sa souffrance qu’elle sous- entend

Mariée jeune elle ne garde que le souvenir
D’un mari violent et incapable de l’entretenir,
Dont elle a hérité d’un enfant sans aucun moyen,
De l’élever et subvenir à ses besoins.

Elle s’est confiée en sentant mon affection
Et à leur nervosité j’ai trouvé l’explication
Chargées de responsabilités qui les dépassent
Elles affrontent des clientes parfois coriaces

Comment un être exerçant dans la chaleur,
Humilié déjà par un métier où il débarrasse
Un autre être comme lui de sa crasse,
Peut garder la joie et la bonne humeur

Avec elles soyons indulgentes
Elles sont très aimables aux moments
Où elles sont traitées avec considération
Ce sont les fées du confort et les oubliées…
De toutes les conditions.

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/04/hammam7.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/04/hammam7.jpg?resize=150%2C150adminsLibre OpinionAprès un poème inspiré par le film Much Loved de Nabil Ayouch et dédié à des femmes reniées par la société parfois à tort, paru dans mon recueil de poésie «La poésie ma thérapie' 2016. Cette année une femme qui travaille au Hammam, belle et qui paraît abattue a suscité...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires