Poème dédié au grand du théâtre marocain feu Mohamed Said Afifi à l’occasion de la première édition du festival Miskat Al Jadida pour le théâtre, organisé par l’association le masque bleu entre le 27 et le 30 mars 2017, dédiée elle-même au défunt.

 

Mohammed Said Afifi, l’artiste des défismouina

Si tu vis toujours après le grand départ

C’est que tu as assez payé pour ressusciter

Et que tu as ouvert les fenêtres du noble art

Pour que notre pays puisse consulter

A travers elles, l’univers avec un regard

Nouveau et pouvoir se projeter

Dans un avenir artistique sans brouillard

Contre tous courants, persévérer et résister

Quand on a l’art dans l’âme et dans le corps

On lui donne en toute générosité

Ainsi notre regretté prenait tous ses ports

Sans répit ni comptes, tels les vrais passionnés

En fourmi il cherchait les iles aux trésors

Pour en extraire les meilleures pièces qu’il jouait

Avec ardeur qui a marqué, son parcours en or

Et que les grands ténors du théâtre appréciaient

Homme  de tous les défis,

Qui s’oubliait pour réaliser des épopées

En toute abnégation, son talent a tout dit

Car il était l’homme qui ne faisait rien à moitié

Du mime, au comique jusqu’à la tragédie

L’impossible pour cette pyramide n’a jamais existé

Selon ceux qui ont travaillé avec lui et ses amis

Ses connaissances, il n’a cessé de les partager

En parcourant sa biographie on se perd

Depuis son jeune âge en France il s’est imposé

En Belgique et en Tunisie, sa volonté était de fer.

Et depuis, en abeille il ne s’est jamais arrêté

Il a fait le tour des créations de l’univers

Pour enfin se doter d’une force incontestée.

Et ce dont les marocains doivent être fiers

C’est que leur histoire l’a un jour enregistré

Durant toute sa vie il  a prouvé

Sa grandeur d’âme et son amour pour le don

De soi et de son art au profit de toute la société

En allant au Nord pour distraire les résistants

Au moment où le pays manquait encore de stabilité

Avec les enfants des mineurs de Jerada une représentation

Par sa troupe au Sahara en faveur de l’armée

Et l’acte sans pareil, était l’ouverture de la scène aux non-voyants

La musique a eu sa part dans tes centres d’intérêt

Les cordes de la contrebasse tu avais tant manipulé

Sans oublier les versets du coran que tu psalmodiais,

En vie tu n’as pas été bien récompensé

Après ton départ karima n’a pas cessé

De frapper à toutes les portes sans arrêt

Pour que ton nom intègre l’éternité

Que ton âme repose en paix.

Mouina El Achari

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/04/mouina.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/04/mouina.jpg?resize=150%2C150adminsLibre OpinionPoème dédié au grand du théâtre marocain feu Mohamed Said Afifi à l'occasion de la première édition du festival Miskat Al Jadida pour le théâtre, organisé par l'association le masque bleu entre le 27 et le 30 mars 2017, dédiée elle-même au défunt.   Mohammed Said Afifi, l’artiste des défis Si tu...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires