legumes111 (2)

Face à la nature hostile

 

Jadis, terriens* et îliens* n’élisaient jamais domicile*

Loin de leur terre natale ou de leur île,

Sans leur réveille-matin, un coq volatile !

Polygames par besoin, ils régnaient sur une file

De bras prêts à travailler tôt le sol stérile

Avec amour et sans déverser de bile !

Face à la nature parfois ou souvent hostile,

Ces terriens ou îliens sont devenus fébriles

Et leurs mains de moins en moins agiles !

Munis d’outils de plus en plus fragiles,

Ils ne pouvaient plus exécuter des gestes faciles

Pour mener à bien leur vie civile !

En perdant leurs gagne-pains, ils se sentaient stériles !

Poussés à se réfugier dans le bourg de la ville,

Leurs bonnes raisons sont devenues futiles !

Connus pourtant pour leur bravoure virile,

Ils ne savaient plus dompter les sols stériles

Pour les transformer en terres fertiles !

En outre, surchargés de dettes comme des tuiles,

Ils ne prêtaient plus attention à la vie subtile

Et se laissaient emporter par le mode débile

Aux boussoles bricolées sans aiguille

Rendant la recherche d’emploi difficile,

Via des chemins couverts d’argile !

Privés de leurs ressources naturelles

Et végétant durement dans les bidonvilles,

Ils ne pouvaient plus joindre l’agréable à l’utile,

Ni reconquérir leur force essentielle

Qui avait fait d’eux des êtres dociles

Comme dans le temps où c’était facile !

Les temps ayant changé de face à pile,

Les tsunamis ayant ravagé les presqu’îles,

La vie devenait pénible et difficile,

Ainsi, maints et maints vieux crocodiles

Ayant perdu la manie de leurs ustensiles

Se meurent en s’estimant inutiles !

 

*Terriens : vivant de l’agriculture, de l’élevage et du pastoralisme, on distingue :

– Les céréaliculteurs qui s’occupent des céréales (blé, orge, avoine, maïs, seigle) et des légumineuses (fève, fèverole, lentille, soja, petit pois, pois chiche) mais aussi du lepidium, du sésame, de la nigelle et du fénugrec.

– Les maraîchers produisent tomate, pomme de terre, piment-poivron, carotte, navet, radis, artichaut, cardon, topinambour, patate douce, anis, courgettes, courges, citrouille, concombre, coriandre, persil, céleri, oignon, ail, ciboulette, betterave, choux, salades, menthes, thym, melon, pastèque, fraise, framboise, arachide,…

– Les arboriculteurs s’occupent des arbres fruitiers : pommier, cognassier, prunier, abricotier, amandier, noyer, nectarinier, pêcher, anonier (chérimolier), fejoua, goyavier, kaki, oranger, clémentinier, mandarinier, citronnier, pamplemoussier, papayer, ananas, olivier, murier, figuier, cactus, vigne, passion, caroubier, grenadier, pistachier, bananier, tipaya ou fruit du dragon, …

L’élevage se compose de plusieurs secteurs comme suit :

  • L’aviculture englobe l’élevage du poulet de chair, de la dinde, de la pintade, de la perdrix, du canard et de l’oie destinés à la production de foie gras, de l’autruche, de la caille (viande et œufs), du pigeon,…
  • L’élevage bovin d’embouche et de lait (frais, UHT, yoghourt, lait fermenté).
  • L’élevage ovin et caprin d’embouche et de lait (fromage de chèvre). Cet élevage comme celui des camélidés est également pratiqué sur parcours par les nomades.
  • L’élevage équin. Mis à part les chevaux de course et de fantasia, les autres ainsi que les ânes et mulets (équidés de travail) sont généralement élevés sur parcours avec supplément au moment du travail.
  • L’élevage de l’escargot ou héliciculture nécessitant un enclos en tôle zinguée est remplacé par le ramassage dans la nature.

*Îliens. Vivant sur des îles, ces habitants sont des chasseurs-pêcheurs-cueilleurs mais surtout pêcheurs.

*Domicile : il s’agit d’une khaima ou tente immense éclairée par le foyer de la cuisine ou par une lampe à huile ou une bougie.

Moussa Ettalibi, Dr Sci., Rabat le 02/01/2019

 

 

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/06/el.port_.sardines.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/06/el.port_.sardines.jpg?resize=150%2C150adminsLibre OpinionFace à la nature hostile   Jadis, terriens* et îliens* n’élisaient jamais domicile* Loin de leur terre natale ou de leur île, Sans leur réveille-matin, un coq volatile ! Polygames par besoin, ils régnaient sur une file De bras prêts à travailler tôt le sol stérile Avec amour et sans déverser de bile ! Face à la...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires