Classement national des meilleures universités… Et l’université Chouaib Doukkali ?

Après avoir occupé la 2ème place dans le classement national des meilleures universités après celle de Cadi Ayyad de Marrakech en 2020, l’université Mohammed V (UM5) de Rabat se distingue cette année en occupant la première place au niveau national et maghrébin dans le dernier classement des 2.000 meilleures universités au monde, organisé par le «Center for World University Rankings » (CWUR), organisme privé aux Emirats Arabes Unies, spécialisé dans l’évaluation des systèmes de formation et de recherche.

Il faut noter que le classement annuel mondial des universités « Global 2000 List by the Center for World University Rankings » pour l’édition 2021-2022 n’intègre que les 2000 meilleures universités mondiales, sur un total de 19.788 universités évaluées dans le monde.

Ainsi, l’université de Rabat occupe le 9ème rang parmi les universités arabes, le 11ème rang parmi les universités africaines et le 946ème rang mondial pour l’édition 2021-2022, ce qui place cet établissement d’enseignement supérieur dans le top des 4,8% meilleures universités au monde, indique le Ministère de l’Education Nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique dans un communiqué publié ce dimanche.

Les autres universités marocaines, présentes dans ce classement sont l’université Mohammed Premier d’Oujda avec la 1028ème place, l’université Cadi Ayyad de Marrakech avec la 1034ème place et l’université Hassan II de Casablanca avec le 1075ème rang, ce qui place ces trois universités dans le top des 5,4% meilleures universités dans le monde.

En effet, et selon la même source, le Maroc occupe un excellent classement au niveau africain et arabe avec 4 universités classées, à savoir l’université Mohammed V, l’université Mohammed Premier, l’université Cadi Ayyad et l’université Hassan.

Le Maroc se classe ainsi au quatrième rang au niveau africain et arabe en termes de nombre d’universités classées.

Il faut noter que le classement CWUR se base sur quatre indicateurs clés, à savoir la qualité de la recherche (40%) notamment le nombre total de publications, le nombre de publications dans des journaux de qualité et le nombre de publications fortement citées, ainsi que la qualité de la formation mesurée par le nombre de lauréats ayant obtenu des distinctions (25%), du nombre de lauréats occupant des postes importants dans les grandes entreprises (25%) et du nombre de professeurs ayant obtenu des distinctions académiques internationales(10%).

Mais qu’en est-il de l’université Chouaib Doukkali, absente de ce classement ?

On est en mesure de se demander où résiderait la faille qui fait que cette université reste à la traine, quand on sait que les critères d’évaluation se basent sur la qualité de la recherche, le nombre total de publications par chercheur, le nombre de publications dans des journaux de qualité et le nombre de publications fortement citées ; et que l’évaluation se base également sur la formation mesurée par le nombre de lauréats ayant obtenu des distinctions, le nombre de lauréats occupant des postes importants, et celui des professeurs ayant obtenu des distinctions académiques internationales.

Ces critères feraient-ils défaut au sein de l’université Chouaib Doukkali ?

Y aurait-il une insuffisance dans la qualité de la recherche selon les standards préconisés, ou l’absence de distinctions parmi le corps enseignant, ou encore un manque dans les publications de qualités, ou de distinctions accordées aux lauréats ?

Ce genre d’évaluation des universités met en exergue, si besoin est, les établissements américains et britanniques qui conservent brillamment leur place de leaders, laissant nos universités à la traîne et le premier établissement marocain, l’Université Mohammed V de Rabat en l’occurrence, au 946ème rang à l’échelle mondiale, malgré son 1er rang au niveau national et maghrébin.

Khadija Choukaili

Related posts

Leave a Comment