Chronique de Mustapha Jmahri: Création de la Fondation Chouaïb Sdaiki Doukkali

Deux ans après sa création, et les activités culturelles qu’elle a organisées malgré la conjoncture pandémique, parmi lesquelles l’édition du livre issu des archives inédites sur le théâtre d’El Jadida, intitulé : « La belle époque du théâtre municipal de Mazagan-El Jadida, 1946-1954», la Fondation Chouaïb Sdaiki Doukkali, a organisé samedi 19 mars 2022 la cérémonie officielle de son inauguration au sein d’un magnifique édifice historique, l’ancienne église portugaise, actuel théâtre de la cité. 

La cérémonie fut ouverte par la récitation de versets coraniques, suivie de l’hymne national. Par la suite, maître Moulay Ahmed Sdaiki, arrière-petit-fils du Cheikh Al-Islam Abou Chouaïb Sdaiki Doukkali, et président-fondateur de la Fondation homonyme, a prononcé le discours inaugural, en insistant sur la dimension réformatrice et patriotique du Cheikh, ainsi que sur l’importance de la morale et de l’esthétisme en toutes choses, et toutes entreprises, personnelles ou publiques. Cette philosophie prônée par la jeune Fondation, s’est d’ailleurs incarnée durant cette cérémonie, dans la diversité académique des intervenants, qui allait de la romancière et historienne Mouna Hachim à l’économiste Najib Akesbi, en passant par l’architecte Imad Dahmani et les jurisconsultes Abdellah Haitoute et Abdessalam Benheroual. 

Les interventions qui ont suivi ont eu pour principal sujet la dimension réformatrice du Cheikh Al-Islam Abi Chouaïb Sdaiki Doukkali, sa grande influence sur le mouvement nationaliste marocain et sur l’importance de la morale au service de l’intérêt public. L’architecte Imad Dahmani, président de l’association MAMMA, a clôturé les interventions autour d’une projection ayant pour objet d’importants monuments architecturaux de notre pays au XXème siècle et de leurs protections.

La fin de la cérémonie a été marquée par la remise par le président-fondateur, maître Sdaiki, de trophées aux intervenants, faisant d’eux des membres honoraires de la fondation, ainsi qu’à certains invités d’honneur à la tête desquels Si Aboubakr Benmensour, directeur de l’imprimerie Royale, et Abderrahmane Arres, directeur provincial de la culture.

Cheikh Abou Chouaïb Doukkali (1878-1937), issu de madinat Gharbia en Doukkala, est un grand Alem (savant) qui a participé à la propagation des idées réformistes de la Nahda (renaissance) au Maroc. Il est connu comme fervent défenseur des valeurs originales de l’Islam. Jeune, il a fait ses études au Moyen-Orient et a exercé, au Maroc, les fonctions de cadi puis de vizir (ministre) de la justice et de l’enseignement en 1911.

Rappelons que cette cérémonie a été couverte par plusieurs médias, nationaux et locaux, et a fait l’objet de reportages et articles, à la grande satisfaction de beaucoup de Jdidis, qui se sont félicités de cette initiative tant attendue.

Related posts

Leave a Comment