Christian Abert professeur au collège Lalla Meriem

Par Mustapha Jmahri

Christian Abert est né à Casablanca en 1939. Après quelques années passées à Boujaâd puis à Khouribga, il est arrivé, avec ses parents, en 1953 à El Jadida où son père enseignait la menuiserie au collège Mohammed Rafy sous la direction de Mohammed Aït Kaci. A notre demande, Christian a bien voulu évoquer cet épisode de sa vie mazaganaise.

J’ai été élève au collège mixte de Mazagan-El Jadida avec d’autres de mes amis français et marocains tels Jo Gonzales, Abdelkrim Bencherki et Tazi. A l’époque, Mlle Favrel était conseillère d’éducation au premier collège des filles derrière le marché central.

A l’âge adulte, devenu enseignant, ma première année d’exercice (1960) s’est faite à l’école Foch dirigée par Maurice Ratel. Mme Suzanne Gicquel était secrétaire à l’inspection primaire. En 1962, j’ai été muté au collège de Sidi Bennour en tant que professeur de mathématiques. Ma femme, venue de France, m’y a rejoint en 1963 en tant que professeur de français et d’histoire-géographie : elle y remplaçait Paul Lagache, nommé alors à El Jadida.

Notre fille, Muriel, est née en 1964 à El Jadida. Nous avons rejoint cette ville en 1965, au collège Lalla Meryem (ex collège des fils de notables) dirigé d’abord par Mlle Bourgnon puis par Mme Taha et secondée par Khadija Bouchtia. J’ai exercé notamment avec Si Taha, Ayada, qui était principal du collège de Sidi Bennour, et Colette Puglisi.

Mes parents habitaient sur l’avenue des FAR, face à l’entrée du tribunal, une maison appartenant au couple Llull dans laquelle est née notre fille. Nous avons, dans un premier temps, habité rue Vauban où le couple Delozier était nos voisins. Nous avons déménagé par la suite rue Guynemer pour terminer sur le Plateau avenue Jamila Bouhrid où nous avons occupé la maison appartenant à feu Haj Moussa Samir. Notre fille est allée à l’école Charcot jusqu’en CE2. Elle a eu comme institutrice Mme Sellier en maternelle et Michèle Revol en CE2, qui a été, également une de mes camarades de classe. Elle avait comme nourrice, Halima Bihar qui avait travaillé à l’internat des Phosphates et surnommée « Mouma » par Muriel, surnom qui lui est resté jusqu’à son décès.

Nous sommes revenus en France en 1973. Cependant nous avons fait plusieurs voyages à El Jadida, car mes parents y sont restés jusqu’en 1982. Après leur départ, nous avons effectué deux autres voyages à El Jadida : le premier en 2007 et le second avec notre fille, notre gendre et nos deux petits-enfants, voyage -pèlerinage pour les cinquante ans de notre fille.

En France, nous avons revu certains collègues de Mazagan : les Ollier, les Spagnolletti, les Denanot que nous avons revus à l’ile d’Yeu, d’où ma famille est originaire. Nous avions aussi eu comme amis les anciens professeurs Lagache, Motard, Clégnac, Lignon, Libion, Arduin, et les couples Bordage et Thomas.

El Jadida est toujours restée dans nos pensées et dans notre cœur.

jmahrim@yahoo.fr

Photo : M. et Mme Abert sur la plage d’El Jadida en 2017

Related posts

Leave a Comment