jdi chahid 

C’est merveilleux ce que l’air du temps, à El Jadida, respire aujourd’hui comme senteurs, fortement  chargées de nostalgies et de réminiscences. On dirait qu’une fée vient de passer au dessus de cette ville, réveillant ainsi les plus assoupies des consciences.

Il n’y a qu’à faire un tour d’horizon du côté des réseaux sociaux pour comprendre combien de Jdidis d’ici ou résidant ailleurs sont tentés par le partage des souvenirs, des photos souvenirs ou des anciennes cartes postales qui dessinaient si nettement ce beau et souriant visage dont s’enorgueillait autrefois l’immortelle ville d’El Jadida.

On dirait que le passé essaie de remonter le temps pour bousculer ce présent qui ne veut pas décliner son identité et qui a désenchanté toutes les espérances et attentes  nous ayant  fait rêver depuis de longues années, pour nous offrir en fin de compte la désillusion et la médiocrité dans toute sa laideur.

Je n’ai jamais été de nature pessimiste ni encore moins, un adepte de ceux qui prônent l’autoflagellation. Il se trouve aussi que durant les trois décennies que j’ai dédiées à El Jadida, en lui offrant le meilleur de ma plume, la plus intime de mes convictions et la plus sage des clémences, au point de subir et supporter les plus acerbes remontrances, je n’ai jamais cessé de cultiver l’espoir que demain sera le meilleur. Seulement, il arrive un moment où le bilan de tous ces efforts consentis bénévolement et de bon cœur, s’impose de lui même et nous intime à méditer en toute conscience la trajectoire de notre regard, et le fondement de notre point de vue.

Serait-ce cette El Jadida, telle que la vis aujourd’hui, la fameuse ville dont j’ai dessiné les traits et les contours dans mes carnets de notes tout au long de ces années, pour les offrir, de bonne foi, à mes lecteurs?

Ma prose de toutes ces années vantant le meilleur des avenirs pour El Jadida, se résumerait-elle en mots vains?

La confiance toute naïve que j’ai placée entre les mains du concept de la bonne gouvernance a-elle été trahie?

En tout cas, et ce n’est pas un avis singulier

El Jadida des derniers temps ne suscite que nostalgie pour le passé, regrets et colères.

Et comme le souligne le commentaire de Abderrahim B. ce Jdidi jusqu’aux ongles, en réponse à une de mes échappées: “… tu as pu exprimer l’amertume et l’indignation que je ressens, et que ressentent, certainement, de nombreux “habitants” face à la  démolition et au massacre  de cette belle ville. Je pense que c’est irréversible ! L’irresponsabilité des élus locaux, l’immobilisme des acteurs politiques, la course effrénée derrière le gain sans se soucier du « vivre ensemble » l’ignorance, le niveau de conscience, l’absence quasiment absolue de ce que ressassent quotidiennement les médias, à savoir « la réédition des comptes »,…ont eu gain de cause!
Merci d’avoir, à juste titre, remué le couteau dans la plaie.
En parlant ainsi, tu as parlé en mon nom et certainement au nom de nombreux jdidis qui sont marginalisés et réduits au silence faute de soutien, de solidarité et d’interlocuteurs. Tu es pluriel.”

Chahid Ahmed

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/01/jdi-chahid.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/01/jdi-chahid.jpg?resize=150%2C150adminsJdidis à la Une  C’est merveilleux ce que l’air du temps, à El Jadida, respire aujourd’hui comme senteurs, fortement  chargées de nostalgies et de réminiscences. On dirait qu'une fée vient de passer au dessus de cette ville, réveillant ainsi les plus assoupies des consciences. Il n’y a qu’à faire un tour d’horizon du côté...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires