En passant devant le café La Ruche, en l’après midi de ce mercredi 18 septembre, j’ai décidé de m’y arrêter un moment, le temps de siroter un Nespresso, avant de continuer mon chemin.
A peine me suis-je attablé, qu’une jeune fille (visiblement une étudiante) s’installa, à son tour, non loin de moi.

Elle sortit son PC et s’apprêta à passer sa commande, avant de se connecter.

Malheureusement, au lieu de prendre note de ce que la jeune fille a envie de boire, le serveur lui intima l’ordre de ranger son PC, car l’établissement l’interdit formellement.
La jeune fille rougit, mais ne pipa mot. Et au lieu de protester, elle se contenta de prendre son ordinateur et de quitter le café.
Occupant la table à côté, j’ai suivi la scène, de bout en bout, malgré moi. Et donc, tout en essayant de garder mon calme, j’ai demandé au serveur de m’expliquer la différence, entre un client muni de son Smartphone et un autre de son PC.
Pour toute réponse, il se contenta de me répondre : « l’interdiction des PC dans ce café est un ordre du patron ».
S’il s’était arrêté là, je lui aurai peut être trouvé des circonstances atténuantes. Seulement, sur sa lancée, il ajouta : « les jdidis sont en majorité des blédards, cette étudiante n’arrive même pas à différencier entre un café pour étudiants et un autre qui ne l’est pas ».
Comme si à la porte de ce café, il y avait marqué « interdit d’accès aux étudiants» ou « au-delà de 30 mn, le client est prié de quitter l’établissement au cas contraire, de renouveler sa commande ».
Que faut-il penser de réactions pareilles ?
Faut-il snober ces lieux pour rendre leurs gestionnaires un peu plus humbles ?
En tous les cas, et en ce qui me concerne, je ne remettrai plus jamais les pieds dans ce coin pourri.

El Jadida Scoop

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/09/la-ruche.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/09/la-ruche-150x149.jpgadminsLibre OpinionEn passant devant le café La Ruche, en l’après midi de ce mercredi 18 septembre, j’ai décidé de m’y arrêter un moment, le temps de siroter un Nespresso, avant de continuer mon chemin.A peine me suis-je attablé, qu’une jeune fille (visiblement une étudiante) s’installa, à son tour, non loin...Source de L'information Fiable