BABA, la classe et le talent à l’état pur.

« BABAAAA…Allah ya BABA Allah… », À ce moment du match, le Maroc était toujours mené par un but à zéro contre la Guinée. La fin du match approchait à « vive allure » et tout d’un coup, feu Al Gharbi, commentaire de ce match à la radio, se focalisa sur le seul nom de Baba, qu’il répétait à satiété, d’une voie rauque, presqu’ essoufflée, au point qu’on dirait l’homme, au bord de l’évanouissement.

Les marocains retenaient leurs souffles, devant leurs postes de radios. Ils ne savaient plus quoi penser. Partagés qu’ils étaient, entre cette voix inaudible du reporter, à ce moment du match, et le nom de BABA, défenseur  qui ne s’éloignait, presque jamais, de sa surface de réparation et qu’on répétait en boucle.

Je me rappelle avoir dit à un copain qui était à mes côtés à ce moment du math : « c‘est foutu, je crois que BABA vient de marquer contre son camp.»

Un lourd et triste silence régna un moment, qui sembla une éternité, puis comme un oracle, la voix de feu Al Gharbi revient sur les ondes, et l’on entend : « Allah 3lik ya BABA….Allah 3lik ya BABA…BABAAAA ». Là, plus de place au doute. Le miracle vient d’avoir lieu. BABA, l’homme qui ne marque presque jamais de buts, vient de marquer, le but qui allait faire de nous les champions d’Afrique.

Au cours de sa longue carrière au DHJ, comme en équipe nationale, BABA a tellement donné, qu’il n’a plus rien à prouver. Mais ce talent hors-pair, ne doit en aucun cas, occulter les qualités humaines de ce gentleman, sa gentillesse, sa modestie et l’amour et le respect que lui vouent chaque supporter du DHJ et de l’équipe nationale.

El Jadida Scoop

Related posts

Leave a Comment