malhoune 55

Par : DRISS TAHI

 

L’espoir d’un avenir meilleur, semble se dessiner aujourd’hui pour le MALHOUN , grâce au succès de cette huitième édition des MALHOUNIATES, et aux efforts consentis par toutes les parties concernées par la sauvegarde de ce lourd héritage, et chargées de le faire perpétuer en tant que tradition ancestrale.

Un autre salut ,dont le volet important serait la pépinière des musiciens du MALHOUN mise sur pied il y a huit ans , et qui a déjà vu éclore ses premiers bourgeons. En témoigne, les premiers prix remportés par ses jeunes musiciens au festival de SIJILMASSA, et qui font à travers cette consécration, honneur à la ville d’AZEMOUR, et redonnent du coup confiance à tous ceux qui en sont convaincus et qui comptent sur le MALHOUN en tant qu’un moyen comme un autre ,pour le faire renaître de ses cendres, et lui rendre le prestige d’antan.

 

Le public qui a afflué en masse durant les quatre jours de ce festival , du 24 au 27 Mai, dans un théâtre doté d’une scène impressionnante , implantée pour la circonstance en plein air sur la place ma.FZ RAHHALABRAHAM MOUL NISS , réconforte sans doute les organisateurs , et rassure tous ceux qui se faisaient du souci à propos du declin eventuel du MALHOUN ; ce genre musical compte toujours des adeptes parmi les marocains en général, et les Azemouris en particulier ,et attire encore plus de melomanes et autres passionnés, grâce à son côté populaire, et aussi et surtout, son ancrage dans les traditions des habitants d’AZEMOUR.

Un engouement incontestable pour cette musique ancestrale est ressenti de par l’intérêt manifeste et les écoutes attentives d’un public au goût raffiné d’une part ,et toutes les ovations qui fusent tel un tonnerre, à la fin de chaque prestation

ma.CHAYMAE ERREDAFPar ces nuits ramadanesques empreintes d’un air de spiritualité , un temps printannier , doux sur les berges d’ OUM ERRBII , incitant les jeuneurs après la rupture, à des moments de villegiature dans l’ancienne ville et au coeur des vestiges d’un passé jalonné de plusieurs civilisations , de religions et de coutumes différentes ,où la musique avait toujours eue sa place comme moyen privilégié de divertissement , d’expression et de communication , et la passion pour la poesie et le ZADJAL qui trouvent leurs racines dans la glorieuse époque des ALMOHADES , il y a déjà plus de huit siècles.

Le programme des MALHOUNIATES de cette année est marqué d’abord par la participation d’Artistes musiciens maghrebins ,et d’autres venus d’Europe ,quatre pays en tout , dans un esprit de partage, pour enrichir ce festival, et par ricochet, lui conférer son caractère maghrébin, arabe et même international.

D’une autre part, plusieurs noms d’artistes connus et des habitués marocains étaient au rendez vous de cette huitieme édition.

Abdelmjid RAHIMI , Mohammed SOUSSI, Cheikh HAMZA , Fatima-Zahra Ben RAHAL , ma.ABDELMAJID RAHIMIBADNAOUI ,Sanae MARAHATI, BELHAOUAT, Chaimae ERREDAF,ZAAROURI , ABRAM Taoufik, LABRIGUI , et bien d’autres, venus notamment de Salé, Taroudant, Taza…

Plusieurs musiciens de talent , appartenant à des troupes prestigieuses ont accompagné les interprètes ,et ont été longuement applaudis .

l’apparition d’instruments à vent dans l’orchestre constitue aussi une nouveauté qui a attiré l’attention des spécialistes,et du public.

Une ambiance festive digne d’un grand festival intermational , surtout au point de vue organisationnel , et dont l’animation a été menée de façon professionnelle par le talentueux Nanil EL JAY

Le festival a reçu un invité exeptionnel , et pas des moindres, Docteur Abass EL JIRARI , qui s’est vu honorer par les organisateurs, lors d’une cérémonie emouvante, en reconaissance pour ses efforts et sa contribution en faveur de l’Art du MALHOUN.
Par ailleurs, et en marge du festival, un débat instructif sur le même thème auquel ont pris part six professeurs chercheurs, et des specialistes du MALHOUN, s’est déroulé à la maison de l’artisan , désormais un autre joyau culturel et artistique de la ville.

Un accueil chaleureux à été réservé aux participants par le public Azemmouri au cours de ces quatre jours , ce qui n’a pas manqué de contribuer au succès de cette édition.

ma.En réponse à la question du choix de la ville D’AZEMOUR comme unique scène pour le déroulement du festival 2018 , alors que les précédentes editions s’étaient élargies à El- Jadida et à Ola Blanca à Sidi Rahal,
Mustapha BIDOURI, président de l’association régionale des affaires culturelles organisatrice de l’événement , au cours de la conférence de presse qui s’est tenue dans la magnifique salle de la maison de l’artisan ,recement édifiée, et encore en cours de reception …
a expliqué en substance , que le fait d’avoir écarté El-Jadida du programme a pour cause ; que les Jdidis dans leur majorité et malgré leur passion pour la musique en general , ne sont pas portés sur le MALHOUN, et que les représentations des années dernières avaient connu une très faible affluence …
Par ailleurs , c’est le problème financier qui est à l’origine de l’abandon du site Ola Blanca en plus de son éloignement du public Azemmouri comme choix pour la journée de clôture du festival à l’instar de ce qui s’est passé l’année précédente.
D’autres points ont suscité les interrogations des invités à cette conférence , comme la demande de parrainage du festival par Sa Majesté Mohammed VI , et celle de l’inscription du MALHOUN par L’UNESCO en tant que patrimoine de l’humanité : deux objectifs qui verront leur concrétisation cette année, selon Mustapha BIDOURI.

Par l’organisation de cet événement annuel considéré comme étant le plus marquant dans la vie desma..CHEIKH HAMZA BOUKHLIFI habitants de la ville d’Azemour, celle ci devrait jouir dans l’avenir du privilège du surnom, de : » ville du MALHOUN » et le nom de la ville doit être associé au MALHOUN, comme la ville française : Avignon et son fameux festival ,à titre d’exemple.
D’autre part ,le festival devrait en principe être une occasion pour mettre en avant Azemmour et lui servir de levier économique, et culturel important ,et favoriser de ce fait son impact touristique , dans le but de réanimer une ville qui souffre d’une léthargie qui a assez perduré .

ma.ABBES JIRARIIl est aussi à rappeler que cette année à été marquée par la présentation sur scène , et pour la première fois d’une pléiade de jeunes issus d’une pépinière sous la direction du maestro du MALHOUN Abdelmjid Rahimi ,créée lors de la première édition du festival MALHOUNYAT .
Une initiative louable, entreprise par l’association , et dont le but est de promouvoir le MALHOUN parmi la jeunesse ,ce qui laisse augurer à un avenir meilleur pour ce genre musical.

Le festival MALHOUNYAT est organisé dans sa huitième édition 2018 par l’association regionale des affaires culturelles, sous l’égide de la province d’El Jadida , le groupement OCP, le conseil provincial d’El Jadida et la commune de la ville d’Azemmour

ma.ALI ALAOUI

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/05/malhoune-5.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/05/malhoune-5.jpg?resize=150%2C150adminsDivers  Par : DRISS TAHI   L'espoir d'un avenir meilleur, semble se dessiner aujourd'hui pour le MALHOUN , grâce au succès de cette huitième édition des MALHOUNIATES, et aux efforts consentis par toutes les parties concernées par la sauvegarde de ce lourd héritage, et chargées de le faire perpétuer en tant que...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires