Une information a circulé sur certains réseaux sociaux selon laquelle onze filles, de l’établissement scolaire Al Bakri à Azemmour, ont été victimes ce jeudi 30 janvier, d’un évanouissement collectif suite auquel elles ont été transportées d’urgence à l’hôpital local de la ville où elles ont reçu les soins nécessaires.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce genre d’évanouissement ne semble pas être un cas isolé, puisqu’en avril 2017, 54 filles du lycée collégial Okba Ibn Nafi, à la commune rurale de Sidi Issa, relevant de la province de Fkih Ben Saleh, ont été également victimes d’évanouissement collectif, qui n’avait strictement rien à voir avec une quelconque intoxication alimentaire ou médicamenteuse, selon les déclaration de la Direction provinciale du ministère de l’Education Nationale de Fkih Ben Saleh.

Ces 54 filles avaient été transportées aux urgences de l’hôpital de proximité de Souk Sebt Oulad Nemma, et l’équipe médicale de cet hôpital avait souligné qu’il s’agit de crises passagères d’hystérie collective qui sont traitées avec de l’oxygène et des injections sédatives. Et , semble-t-il, des cas de crises passagères d’hystérie conduisant à l’évanouissement collectif peuvent survenir chez certains adolescents.

Mais malheureusement, ces cas d’évanouissement collectif survenus à Azemmour ont été interprétés par le médecin qui a pris en charge leur consultation et leur traitement au sein de l’hôpital, de manière totalement inadéquate qui paraît aberrante, puisqu’il a lié cette crise passagère et vraisemblablement anodine, à la condition social de ces filles qui sont issues d’une classe très modeste.

Pour les cas enregistrés dans la région de Fkih Ben Saleh en 2017, aucune déclaration relative à une quelconque corrélation entre la condition sociale de ces filles et leur évanouissement n’a été faite. Chose qui est la plus plausible même pour les plus novices.Seul le médecin qui a examiné les filles d’Azemmour semble voir les choses si différemment, au point de penser que leur condition sociale serait la cause de tous leurs maux.

Khadija Choukaili

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/02/1580480346-1024x768.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/02/1580480346-150x150.jpgadminsActulaitésUne information a circulé sur certains réseaux sociaux selon laquelle onze filles, de l’établissement scolaire Al Bakri à Azemmour, ont été victimes ce jeudi 30 janvier, d’un évanouissement collectif suite auquel elles ont été transportées d’urgence à l’hôpital local de la ville où elles ont reçu les soins...Source de L'information Fiable